Les plus grands phénomènes de la musique anglophone des années 90

HA les années 90, c’était le temps des boys band et girls band, c’était le temps du grunge et de la folie rock, c’était le temps des grandes ballades d’amour, le temps de la consécration du R&B, du hip hop et également l’émergence de la musique électronique avant gardiste. Voici une liste des plus grands phénomènes des années 90 :

40 : Kylie Minogue

Ex popstar d’Australie des années 80, Kylie a tout fait pour sortir de son cercle de petites chanteuses pour ado au son des années 80. A l’image d’une Madonna, elle était capable de se renouveler, de changer de look, de musique, après deux disques pop dance plus sexy, elle commence un grand virage artistique en 1994 avec un album dance assez sensuel et personnel (qui porte son nom) puis quelques années plus tard, elle propose son meilleur album à ce jour Impossible Princess (un échec commercial assez impressionnant avec un rejet total de son plus grand marché l’Angleterre). Hélas, le titre de l’album n’était pas bien vu des anglais pendant la mort de la princesse Diana en 1997, l’album va faire un échec cuisant à cause de son report. Mais la qualité était au rendez vous avec des titres électroniques comme Limbo, Too Far ou encore des titres plus rock ou country (Some Kind Of Bliss). Dans les années 2000, Kylie a fait encore plus de succès qu’a ses débuts avec de la pop grand public, elle a finie par vaincre un cancer et elle a fait une multitudes de grandes tournées. Kylie Minogue est la plus survivante et la plus battante des popstars. Morceaux phares : Better the devil you know, Step back in time, Confide in me, Put Yourself in my place, I Surrender, Some Kind Of Bliss, Celebration, Breathe, Did It Again, Shocked, Where the wild roses grow, Dreams, Jump.

39 : Shania Twain

Une chanteuse de country à la base, shania avait toutes les armes en main pour devenir une star de la musique country (une belle voix, une grande beauté, un talent d’auteur), son style est un mixage de pop, de country avec des sons électroniques. Elle était certainement la plus redoutable vendeuse de disque dans les années 90, en début de décennie, elle était disque de platine avec son premier album en 1993 puis avec The Woman in me en 1995, elle devient une artiste à succès avec plus de 12 millions de copies vendues aux usa pour 20 millions dans le monde. Mais ce n’est pas son plus grand score, en 1997, elle termine sa course avec l’album féminin le plus vendu aux usa pour plus de 20 millions de copies avec des ventes mondes à près de 40 millions. C’est un succès rare et incroyable, elle est la principale référence pour des artistes comme Avril Lavigne, Taylor Swift. Son mixage de pop avec de la country est légendaire, elle et son mari étaient le duo d’auteur/compositeur culte des années 90. Morceau phare : You’re Still The One :

38 : Aaliyah

Un scandale est à l’origine de la carrière de Aaliyah, c’était son mariage avec R.Kelly (le roi du rnb) alors qu’elle était mineure. Le résultat de cette union c’est un disque rnb produit entièrement par R.Kelly. La suite est plus glorieuse pour elle avec l’album One in A million un disque rnb innovant produit par timbaland (un inconnu à l’époque) ou encore Missy Elliot. Le résultat c’est un succès avec des tubes à la pelle, sa voix douce, ses chorégraphies inspirées par Janet Jackson ont fait son succès. Hélas, elle est morte en 2001 pendant la promotion de son troisième album qui porte son nom, triste fin pour cette belle Aaliyah. Morceaux phares :  One In a Million, If Your Girl Only Knew, 4 Page Letter ou A Girl Like You.

37 : Céline Dion

On ne la présente plus, ancienne chanteuse dans sa campagne au Québec, grâce à René et aux producteurs, Céline a fait carrière dans le monde étape par étape (d’abord chez elle puis en France puis en UK puis au Japon et enfin aux usa), son premier succès dans le monde remonte à la chanson de la belle et la bête en 1991. Avec sa belle voix puissante, elle est devenue la plus grande rivale de Mariah Carey et Whitney Houston dans le coeur des américains dans la catégorie des chanteuses romantiques à la voix puissante, on reprend encore ses titres dans The Voice, American Idol ou X Factor. En plus de ça, elle a l’album francophone le plus vendu au monde avec D’eux, le disque produit par Goldman en 1995 (10 millions de ventes dans le monde dont 7 millions en France). Elle a également deux disques de diamants aux USA pour Falling Into You et Let’s Talk About Love (10 millions de ventes chacun dans le pays). On regrette juste un certains manque de risque dans son catalogue musical.

On retient d’elle sa magnifique voix et cette capacité à changer de registre très facilement. Morceaux phares : It’s all coming back to me now, Because You Loved Me, All By Myself, The Power Of Love, My Heart Will Go On, Pour que tu m’aimes encore, s’il suffisait d’aimer ou The Power Of The Dream.

36 : Fugees

Fugees est un groupe de hip hop qui possède deux rappeurs et une chanteuse/rappeuse, on connait bien Wiclef Jean, producteur, rappeur qui vient de Haiti et bien sur Lauryn Hill qui possède une voix unique. Après un disque de rap, le groupe a connu la gloire avec le deuxième album The Score, c’était aussi le dernier. Le disque mélange plusieurs influences entre reggae, rnb, soul et hip hop. C’est le tube Killing Me Softly qui transforme ce petit groupe, de groupe débutant à groupe de légende, c’est une chanson soul remixée à la sauce hip hop soul (un courant intéressant des années 90 avec comme représentants des artistes comme Mary J. Blige). Le son des rues était à la mode grâce à Fugees contrairement aux années 80, on était loin des ballades d’amour parfaite de Whitney Houston (qui était la plus grande représentante de la musique afro américaine dans les années 80), c’était une autre vision de la musique noire. Cet album est un chef d’oeuvre et un des meilleurs albums de rap au monde. Morceaux phares : Killing Me Softly, How Many Mics, Zealots ou Ready Or Not :

35 : U2

L’un des plus célèbres groupes des années 80, U2 était très actif dans la décennie 90 avec plusieurs albums dont le succès planétaire Pop ou Zooropa. Le groupe était capable de se renouveler tout en gardant leurs styles rock. Morceau Phare des années 90 : Discothèque :

34 : Fiona Apple

Chanteuse extrêmement talentueuse mais aux ventes timides, Fiona était l’une des meilleures artistes des années 90, rebelle, charismatique, elle était mystérieuse et très intéressante à découvrir. C’est une grande pianiste, auteur et compositeur. Elle se fait connaitre avec l’album Tidal en 1996 avec le titre phare Criminal. Autre morceau phare : ShadowBoxer

33 : Prince

Il était le plus grand chanteur/musicien des années 80, le nom de Prince était synonyme de prise de risque, de riff de guitare, de liberté artistique, il était le musicien capable de jouer à plusieurs instruments, à écrire seul ses albums. Mais sa réussite ne concerne pas que les années 80. La décennie 90 était synomyne de croisade contre les maisons de disques pour lui. Après une BO de film en 1990, il retrouve le succès populaire avec l’album Diamond And Pearls, un disque rnb, pop aux influences hip hop et new jack swing avec les tubes diamond and pearls ou encore le sexy Cream. Ensuite, Prince se lance dans le lovesymbol, un album aux multiples facettes pop, reggae, rock, funk, new jack swing avec des chansons comme Sexy MF, My Name Is Prince. Mais ce n’était pas suffisant pour lui, il voulait être libre avec un autre nom de scène pour définitivement détruire son contrat avec la warner bros, il a donc pris un nom de scène imprononcable qu’on appelle le Lovesymbol, la maison warner dans son coin a pris l’initiative de sortir plusieurs cd pour finir le contrat de Prince : Come un album noir, très sombre, Hits and B sides, un best of avec plusieurs chansons inédites et des démos. De son côté Prince se lance dans l’aventure The Gold Experience en 1995 avec le tube planétaire The Most Beautiful Girl In The World, avec plus d’un million de ventes dans le monde, le succès est plus confidentiel mais il avait toujours un certain impact dans le monde musical avec plusieurs tournées. En 1996, il se libère enfin de ses chaines avec l’album Emancipation une compilation de trois cd de nouvelles chansons qui évoquent son émancipation, la perte de son enfant mort à la naissance. Le projet était difficile d’accès avec 15 chansons par cd ce qui explique le succès mitigé. La même année, il propose Chaos and Disorder un album plus rock et moins marqué par le son des années 90 qui était très sombre dans les autres opus de Prince de cette époque. En 1999, il revient avec un son sexy, sensuel avec l’album Rave Un2 The Joy Fantastic, l’album était un échec commercial mais aussi critique. La même année, son ancienne maison de disque propose un album jazzy le très bon The Vault : Old Friends 4 Sale. Dans les années 90, la musique de Prince est plus dispersée mais on a quelques perles dans cet océan de chanson. Il a fait au moins 11 albums dans les années 90 (au moins un album chaque année comme à son habitude), diamond and pearls totalise 6 millions de ventes dans le monde, le Lovesymbol 3 millions, la BO Graffiti Bridge 2 millions et les autres albums totalisent en moyenne au moins 1 millions de ventes (avec comme plus faible score Chaos and disorder avec 400 000 ventes). Malgrès ses échecs à cause de son changement de nom, de son manque de promotion, Prince était quand même une star dynamique en concert, chaque apparition était un évènement. Il faudra attendre les années 2000 après un très bon disque de jazz en 2001 pour qu’il retrouve son nom en 2004 avec l’album Musicology qui était un très bon succès commercial.

Morceaux phares des années 90 pour Prince : Thieves in the temple, diamond and pearls, cream, my name is prince, the most beautiful girl in the world, Sexy MF, Get Off, Money don’t Matter 2 Night.

32 : 2 Pac

Grand rappeur des années 90, il est mort en 1996 d’une fusiliade. 2 Pac laisse derrière lui un héritage interessant, doté d’un flow unique, il était l’un des meilleurs rappeurs de son temps. L’album All Eyes on me est une référence en matière de hip hop. Sa musique évoque une enfance difficile dans la rue, dans le ghetto, il évoque la violence et s’attaque même à certains rappeurs. Sa musique résonne encore aujourd’hui comme une référence absolue. Morceau phare : California Love

31 : Sinnead O Connor

Chanteuse mystérieuse et enragée, on l’a connait pour ses crises de colère en public comme cette fois où elle déchire la photo du pape en direct. Derrière cette folie, on a une voix magnifique, divine et pure. Surtout célèbre pour sa reprise d’une ancienne B side de Prince Nothing Compares To U, sa version de cette chanson était plus douce, peut-être plus pure. Son album I Do Not Want What I Haven’t Got de 1990 est culte avec ses 2 millions de ventes aux USA et 600 000 ventes en UK. Morceau phare : Nothing Compares to U.

30 : No Doubt

Entre 1992 et 1994, ce groupe n’avait que deux petits albums pop avec des influences rock, ska et pop mais pourtant, le troisième album devient culte en 1995 avec le tube Don’t Speak. Porté par Gwen Stefani une chanteuse charismatique à la voix reconnaissable, le groupe devient un phénomène culte avec une musique dynamique qui mélange rock, ska et pop. En France, on a Superbus qui était un groupe héritier du son de No Doubt. Dans le monde entier, le groupe est encore un phénomène dans la carrière de beaucoup d’artistes même celle de Gwen Stefani qui n’a rien perdue de sa fraicheur des années 90. Morceaux phares : Don’t Speak, I’m Just A Girl, Spiderwebs, Different People, The Climb.

29 : Erykah Badu

Chanteuse rnb mais surtout de nu soul (une musique héritière de la soul des années 60 et 70), Erykah est connue pour sa voix jazzy, douce et pleine de variations. Avec un seul album dans les années 90, elle se libère complètement de la scène rnb, c’est une artiste à part avec son propre univers. L’album Baduizm est l’un des meilleurs disques rnb des années 90. Dans les années 2000, elle a fait mieux avec plusieurs disques hybrides entre pop expérimentale, rnb, soul et hip hop. Son plus grand tube est On & On. Morceau phare : 4 Leaf Clover

28 : D’Angelo

Chanteur de néo soul avec un univers très proche de Prince, c’est d’ailleurs un héritier de Prince, sa musique est également similaire à celle de Erykah Badu. On s’éloigne vraiment de la scène rnb de l’époque pour faire de l’expérimentation avec de la soul. Son album Brown Sugar est culte et c’est rare que l’artiste publie un album donc c’est à la hauteur des attentes. Dernièrement, il a fait l’évènement avec l’album black messiah Morceau phare : Brown Sugar.

27: Whitney Houston

Whitney était la voix féminine noire des années 80, mais contrairement aux idées reçues, elle n’était pas une artiste soul ou rnb mais bien pop. Clive davis le producteur en a fait une grande chanteuse de ballade d’amour pour toucher un maximum de gens. Alors bien sur, elle était l’exemple parfait pour la communauté black (belle, une voix en or, une héroine) mais elle n’était pas une si grande star dans les rues. Le public des rues ne s’identifient pas à elle avec ses chansons d’amours. Après une décennie de gloire, un album au succès en demi teinte en 1990, elle se lance dans le cinéma avec le film bodyguard et elle était même la chanteuse de 6 titres du film. Résultat : 40 millions de ventes dans le monde, plus de 10 millions pour la chanson I Will Always Love You (qui était un ancien tube country de Dolly Parton) et une multitudes de tubes. Mais encore une fois, le public des rues n’étaient pas fan de sa musique. Après plusieurs chansons de BO (avec Babyface) et quelques films/téléfilms (cendrillon, la femme du pasteur), elle revient en force en 1998 avec un album rnb My Love Is Love. Elle déroute son public avec la chanson Heartbreak Hotel un titre rnb, puis elle retrouve un succès incroyable avec des tubes comme It’s not right but it’s ok ou My love is your love, étrangement, la chanson pop when you believe en duo avec Mariah Carey n’a pas fait un grand succès aux USA. Résultat : C’est 10 millions de ventes dans la poche et un succès sur la durée. L’album marque un tournant dans sa carrière avec un chant plus rnb, plus posée et moins puissant qu’avant. Morceaux phares : I Have Nothing, I Will Always Love You, I’m Every Woman, Run To You, I’m Your Baby Tonight, All The Men That I Need, My Love is Your Love, It’s not Right But It’s ok, Hearbreak Hotel, Exale Shoop Shoop.

26: Michael Jackson

Dans les années 90, le roi de la pop était de retour avec l’album Dangerous, un disque de new jack swing (le courant urbain de l’époque 1987 à 1994), le disque était un grand succès avec deux ans de tubes avec Black or white, who is it, jam, will you be there, dangerous, Heal The World, In The Closet ou encore Remember The Time. Le lancement de Black or white était iconique avec un clip incroyable, il était la star du super bowl, la star d’une tournée gigantesque dans le monde le dangerous tour. Avec 25 millions de ventes dans le monde, Dangerous est culte, c’est aussi un album de qualité entre productions lourdes et ballades angéliques. C’était aussi le début des soucis judiciaires avec cette acusation de pédophilie en 1993, sa carrière en prend un coup. Pour 1995, le retour était plus difficile, il recoit l’aide de sa soeur Janet Jackson (la popstar la plus à la mode à l’époque) pour le premier single scream, il se mari avec la fille de Presley pour son image mais hélas, le succès était mitigé aux usa pour l’album History qui était dans le même temps un best of. Mais le monde entier enscence Michael, résultat : l’album se vend à 20 millions d’exemplaires, c’est le double disque le plus vendu au monde. Mais musicalement, l’album était très abouti quoique plus sombre avec plus de rage nottament contre le procureur à l’origine de ses accusations de pédophilie et bien sur contre les paparazzis et les médias. C’est un michael plus doux également qu’on retrouve dans l’opus avec le magnifique stranger in moscow ou la ballade classique little susie. Michael était un amoureux de musique classique, on retrouve cette influence dans l’album. Il va finir en beauté cette décennie 90 avec un disque de remix et une tournée gigantesque de 1995 à 1997. Morceaux phares : Black or white, who is it, jam, heal the world, you are not alone, they don’t care about us, Earth Song, Scream, Stranger in moscow, Childhood, In The Closet, Ghost, Blood On the dancefloor, Morphine, Will You Be there, Remember the time, Give In To Me.

25: Lil’Kim

Superstar du rap cru et provocateur, Lil’Kim est une grande gueule, elle utilise les hommes, elle est libre et elle a un flow incroyable. Avec l’album Hardcore en 1996, elle était à l’origine d’une nouvelle mode de rappeuse survoltée aujourd’hui encore on retrouve son influence chez beaucoup d’artistes comme nicky minaj, la vraie reine du rap était queen B (son surnom). Morceaux phares : Crush On You, Queen Bitch, No Time.

24: Brandy

Jeune chanteuse, star de la série Moesha à la fin des années 90, Brandy était la petite poupée de l’époque. Elle était un phénomène avec le succès de Moesha et avec son téléfilm avec Whitney Houston (cendrillon) mais c’était aussi une star du rnb avec l’énorme succès The Boy is mine en duo avec Monica. Son deuxième album Never say never fait suite à un disque d’ado vendu à 6 millions de ventes dans le monde. En 1998, son never say never se vend à plus de 15 millions de ventes, c’était l’un des disques les plus populaires de la scène rnb, elle avait un public urbain et pop, en plus de son boy is mine (qui fait référence au tube de Michael Jackson the girl is mine), elle a aussi dans son cd des tubes comme angel in disguise, top of the world ou Have You Ever. Dans les années 2000, elle a fait un changement étonnant entre ballade rnb et chansons plus futuristes avec full moon ou afrodisiac. C’est une valeur sur du genre. Morceaux phares : The boy is mine (en duo avec Monica, Angel In Disguise, I Wanna Be Down, Top Of The World, Have You Ever, Almost Doesn’t Count ou Sittin’Up In My Room.

23:Monica

Monica était l’autre ado star du rnb dans les années 90, elle se rapproche plus de mary j blige et du hip hop soul, son premier album était un joli succès et un bon disque rnb Miss Thang date de 1995. Elle avait une bonne avance sur ses rivales brandy et aaliyah. Avec un deuxième succès en 1998, elle prouve qu’elle est une valeur sur du genre avec le hit the boy is mine mais aussi son propres hit : Angel Of Mine. Le deuxième album était un bon mix entre rnb et ballade pop à la Toni Braxton. Monica est encore très active dans la scène rnb avec un beau succès en 2003, un album au succès mitigé en 2006 (mais néanmoins de bonne facture) puis un succès d’estime en 2010 (avec une télé réalité) et deux récents albums dernièrement en 2012 et 2015. Morceaux phares : The Boy is Mine (en duo avec Brandy), Angel Of Mine, Don’t Take It Personal, With U, Angel, Before You Walk out of my life, Get Down, Miss Thang.

22: Destiny’s Child

Le groupe Destiny’s child vient du texas, à la base le groupe était fait que pour la danse, mais le chant est très vite devenu une passion pour Beyonce, Kelly, laToya et latavia. Après plusieurs échecs, Matthew Knowles le père de Beyonce va prendre en charge les filles, il dégote un contrat avec colombia en 1997. Dés le premier album, il impose sa fille en chanteuse principale du groupe, Beyonce avait effectivement une voix de chanteuse rnb hors norme, à elle seule, elle porte le groupe. Le premier album est malheureusement un succès mitigé avec un seul tube au compteur : No No No une ballade rnb remixé par Wiclef Jean des Fugees. Mais l’album était très bon avec son lot d’excellents titres comme Show me The Way ou Second Nature. En 1999, c’est enfin le succès pour le groupe avec plus de dix millions de ventes dans le monde pour le second album The Writing’s on the wall, avec 4 tubes le groupe devient un phénomène important du rnb des années 90 : Bills Bills Bills, Bug a Boo, Say My Name et Jumpin Jumpin, c’était l’arrivée d’une nouvelle ère dans le rnb. L’album contient d’autres très bons titres comme Temptation, stay ou So Good. Morceaux phares : Say my name, temptation, bug a boo, bills bills bills, no no no, show me the way, Jumpin Jumpin, Get On The Bus.

 

21: Toni Braxton

Véritable diva à la voix unique et au timbre inimitable, Toni avait tout d’une star, elle se révèle en 1993 avec un disque qui porte son nom. Avec son complice Babyface, elle était à l’origine de la vague de ballade rnb/soul dans le monde, chanteuse romantique, elle chante son amour pour babyface dans les années 90, Breathe again, Another Sad love song, Seven Whole days, You mean The world To me, I Belong You, How Many Ways sont les tubes de ce disque vendu à plus de 5 millions d’exemplaires aux usa. Avec le tube unbreak my heart qui est son plus grand succès à ce jour (destiné à la base à céline dion), elle impose son second album dans le monde, Secrets se vend à plus de 3 millions d’exemplaires en Europe et 10 millions d’exemplaires aux usa. Elle devient donc une reine du rnb au sommet des charts. La formule du disque ne change pas vraiment, ça reste des ballades d’amours avec une valeur ajoutée : sa sublime voix. Morceaux phares : Unbreak My Heart, You’re Makin Me High, Breathe Again, Another Sad Love Song, Seven Whole Days, You Mean The World To Me, I Belong You.

20: En Vogue

Autre groupe phare du rnb féminin, En Vogue est un groupe très sensuel, sexy digne des meilleures années des supremes (groupe emblématique des années 60). Le groupe s’impose avec un disque de platine aux usa en 1990 Born To Sing puis avec un succès plus solide avec Funky Divas en 1992. C’était l’un des groupes les plus solides au monde, les filles avaient des voix délicieuses.

Morceaux phares : Hold on, Lies, You don’t Have To Worry, Don’t Go, My Lovin, Giving Him Something He Can Feel, Free You Mind, Give It Up, Turn it loose.

19: Marilyn Manson

Star du shockrock, Marilyn était ce chanteur un peu torturé qui a fait un groupe (car marilyn manson est bien un groupe). Le choix du chanteur était clair : Il voulait détruire, choquer l’opinion public de l’amérique puritaine. Il utilisait des visuels choquants pour ses pochettes d’albums, ses clips, des textes qui parlent du diable et de démons. Il devient très vite un phénomène grâce à la qualité de sa musique, le porte parole d’une amérique qui se révolte contre les injustices, les armes à feu et les magouilles du gouvernement. Manson a d’abord fait polémique avec la reprise de Sweet Dreams puis avec l’album Antichrist Superstar, un des meilleurs disques de metal à ce jour. L’album est connu pour les tubes the beautiful people (son plus grand succès) ou Tourniquet. A la fin des années 90, il change de visuel et de musique pour un style davantage glam rock à la david bowie et ça marche, Mechinical Animals est un classique rock et l’album le plus célèbre du groupe avec l’antichrist superstar. Ces deux disques plus Holy wood de 2000 forment une trilogie inversée. Marilyn Manson est encore un visage important et emblématique de la culture rock, avec plusieurs albums aux succès d’estime plus que correct pour du rock, il est toujours d’actualité plus que jamais.

Morceaux phares : Sweet Dreams, The Beautiful People, Last Day On Earth, The Dope Show, Great Big White World, Tourniquet, Mister Superstar, Dried up, Tied and Dead To The World, Deformography, Angel With The Scabbed Wings, The Reflecting God, Coma White, Posthuman, Rock Is Dead, User Friendly, Irresponsible Hate Anthem.

18: Madonna

Véritable icône et plus grande vendeuse de disque dans les années 80, Madonna est aussi une figure emblématique des années 90, d’abord avec le tube vogue, elle était de nouveau dans le coup avec une bonne chanson dance plus une tournée emblématique. Après un best of et une BO de film, elle propose Erotica, l’album du scandale, c’était son disque le plus sombre et le plus provoquant (mais pas tant que ça). La plus grande provocation c’était le livre sex et toute l’imagerie porno de cette ère, en réalité, l’album est très sérieux et de bonne facture entre chansons sexy, ballades d’amour et morceaux plus dance. La madonna pionnère était encore d’actualité encore plus forte que dans les années 80. Mais le succès mitigé du disque conduit madonna dans une impasse, après une autre tournée à succès the girlie show (un spectacle hors norme qui fait comédie et show pop en même temps), la madonna tombera dans des ballades pop avec une touche de rnb (secrets ou take a bow), résultat : c’est le succès mais beaucoup moins qu’avant, il faudra attendre 1998 pour un retour incroyable avec l’album electronique et froid Ray Of Light (plus de 15 millions de ventes dans le monde, des grammys en poche, et un succès critique important), son meilleur album à ce jour. N’empêche les années 90 restent une mine d’or de tubes pour la Madonna avec take a bow, vogue, secrets, ray of light, frozen,  beautiful stranger, you’ll see, Don’t cry for me argentina, You Must Love Me, Deeper and Deeper, I’ll Remember ou Rain. Ses collaborations étaient aussi très variées, en début de décennie, elle était produite par des producteurs de la nouvelle scène dance, puis elle a fait la rencontre de certains producteurs rnb ensuite, elle a eue un texte de Bjork produit par marius de vries et pour finir on l’a retrouve avec william orbit (producteur underground d’Angleterre). Entre temps, elle a chantée la BO de Evita qui était un succès dans le monde. Programme chargé pour la madonne. Morceaux Phares : Erotica, Vogue, Deeper and Deeper, Rain, Human Nature, Secrets, Take A Bow, I Want You, Bedtime Stories, Frozen, Ray Of Light, The Power Of Goodbye, Don’t Cry For Me Argentina, You Must Love Me, Drowned World/Subtitute for love.

17: Sade

Sade est un groupe et une chanteuse dans le même temps, après une décennie de succès dans les années 80, on l’a retrouve dans les années 90 avec un seul album mais quel album, Love deluxe était un parfait mélange de pop et de soul, un disque très sensuel avec une voix chaude. Ce disque a eu un impact assez saisissant sur la scène rnb de l’époque. On a bien sur No ordinary Love comme tube du projet mais aussi Feel No Pain ou Kiss Of Life. Résultat, l’album se vend très bien avec 4 millions d’exemplaires aux usa. Morceaux phares : Feel No Pain, No Ordinary Love, Kiss Of Life.

16: Nas

Rappeur incroyable venant de New York, Nas a un flow incroyable et des textes pertinents. Avec ses deux premiers albums, il a fait sa propre légende. Les deux disques sont des références en matière de hip hop, de rap. Morceaux phares : The Message, Watch Dem Niggas, I Gave You Power, Street Dreams, N.Y State Of Mind, Life’s a Bitch, One Love.

15: TLC

Encore un groupe de rnb féminin mais quel groupe, TLC était révolutionnaire, chaque fille avait sa place, deux chanteuses différentes plus une rappeuse incroyable (hélas elle a perdue la vie au début des années 2000 ça sera la fin de carrière pour l’ensemble du groupe). Après un disque assez timide en 1992 de hip hop soul et rnb, le groupe va devenir le groupe féminin le plus vendeur au monde avec Crazysexycool en 1995 et fan mails en 1999. Des voix simples, des textes pertinents sur plusieurs sujets (sexe, amour, cas sociaux), le groupe impose de la qualité dans les travaux de girlsband. Leurs albums possèdent beaucoup d’interludes, les deux disques crazysexycool et fanmails se sont vendus à plus de 20 millions d’exemplaires dans le monde. Morceaux phares : Creep, No Scrubs, Waterfalls, Silly Ho, Diggin’On You, Red Light Special, If I was your girlfriend (reprise de Prince).

14: Missy Elliot

Rappeuse atypique, elle est une artiste complète et aussi une excellente chanteuse, Missy était toujours en avance sur son temps avec des clips futuristes, des sons avant gardistes et en décalage avec son époque. Le hip hop des années 2000  à tendance électronique, on le doit à Missy et à Timbaland. Avec deux albums dans les années 90, elle a fait sa légende avant de connaitre encore plus de consécrations dans les années 2000. Supa Dupa Fly et Da Real World sont des classiques du genre, Missy est la reine du hip hop. Morceaux phares : Hit’Em Wit da Hae, Best Friends, Beep me 911, Beat Biter, Busa Rhyme, All N My Grill, Dangerous Months, You Don’t Know.

13: Mariah Carey

C’est en 1990 qu’on découvre cette petite cendrillon à la voix d’or, Mariah Carey va mettre des années à faire la musique qu’elle aime vraiment : le rnb, la soul, le hip hop. Ses débuts étaient donc pop avec des ballades au même titre que Whitney Houston et Céline Dion. Mais la dame enchaine les numéros 1 aux usa en singles à vitesse lumière, sa voix de 5 octaves en fait une méga légende de la musique populaire avec des vision of love, emotions, Love takes time, someday. La diva signe même un méga succès avec la reprise des jackson 5 I’ll be there, sa voix est pure, puissante mais douce à la fois, en plus de ça, la dame est simple et belle. En 1993, elle va se marier au grand patron de sony music Tommy Mottola, l’homme a l’origine de son succès mais une chose certaine, c’est bien Mariah qui écrit et compose ses chansons, il n’était qu’un support marketing pour faire de sa muse une star. La même année, elle gagne un succès populaire sans précèdent avec music box (30 millions de ventes dans le monde) avec des hits planétaires comme Dreamlover, Hero ou la reprise Whitout You, mais Mariah va réussir à faire un autre classique avec un disque de noel en 1994. Ces enchaînements d’albums compensaient son manque de longues tournées mais Mariah était triste de ne pas faire du rnb, elle était spectatrice d’une scène riche en matière de rnb (mary j blige, r kelly, toni braxton, janet jackson) mais hélas, elle était toujours prisonnière de l’étiquette chanteuse à voix sur des ballades d’amours. En 1995, elle tente un changement avec daydream, un album qui garde un bon équilibre entre ballades puissantes et morceaux à tendance plus rnb (long ago, underneath the stars), avec trois numéros 1 aux usa (one sweet days avec boys II Men, Fantasy, Always Be My Baby), il devient son disque le plus vendu sur le sol américain avec 10 millions de ventes et 20 au total dans le monde.

Son tube Fantasy était même un titre pionnier qui mélange rnb et pop. Mais le couple éclate, Mariah se sépare de son mari et reste dans sa maison de disque. En 1997, elle s’émancipe pour de bon avec un disque rnb qui contient tout de même quelques ballades pop (whenever you call ou butterfly), l’album porte le nom de papillon, c’est comme le papillon qui sort enfin de son cocon, mariah est sexy, désirable et libre. Elle opte pour une voix plus subtile moins criarde avec beaucoup de choeurs, d’harmonies comme elle seule peut faire. Le résultat : Plus de 10 millions de ventes dans le monde (petite baisse de régime du au changement de musique et de style), mais de bonnes critiques, elle va devenir très vite une référence du rnb. En 1999, elle confirme son virage artistique avec un album plus superficielle mais toujours de bonne qualité : Rainbow c’est encore un succès. Mais dans les années 2000, les choses se compliquent, un conflit interne éclate entre elle et sa maison de disque, ensuite la sortie de son nouvel album Glitter (plus le film) le 11 Septembre 2001 est compromise, vu les circonstances des attentats du world trade center, c’est un succès mitigé, elle demandera 20 millions de dollars pour quitter virgin record après un contrat de 100 millions de dollars pour plusieurs albums. C’était une grosse perte pour Virgin qui finira par être en faillite. Depuis 2002, elle est en contrat dans un label de rap def jam, après un succès mitigé avec charmbracelet elle renaît de ses cendres en 2005 avec The Emancipation Of Mimi (6 millions de ventes aux usa, le disque le plus vendu de cette année). Chaque sortie d’album de Mariah est un événement dans le monde du rnb et elle ne reviendra jamais dans la pop de music box.

Morceaux phares : The Roof, Always Be My Baby, Underneath The Stars, Vision Of Love, Anytime You Need A Friend, Hero, Honey, My All, I’ll Be There, Fantasy, One Sweet Day, Breakdown, Can’t Take That Away, Cry Baby, All I Want For Christmas is you, Heartbreaker remix, The Wind, Looking In.

12: Janet Jackson

Dernière enfant dans la sainte famille Jackson, Janet est une fille ambitieuse, talentueuse, une excellente danseuse et bien sur une très bonne chanteuse pop et rnb avec une voix capable de beaucoup de prouesses en harmonies. D’abord star de télé puis superstar des années 80 avec les albums control et Rhythm nation. Elle commence son règne dans les années 90 avec les tubes de son second album (très new jack swing) avec un record à la clé : c’est elle qui a le plus grand nombre de top 5 en singles en 1990 pour un même album (un disque exploité de 1989 à 1991), elle est à la tête de la plus grande tournée jamais faite pour une nouvelle artiste débutante en 1990 (2.5 millions de spectateurs). Escapade, Alright, Black Cat, Come Back To Me, l’année 1990 était à elle. Après deux succès, elle refuse un duo avec son frère légendaire monsieur Michael et elle préfère se renouveler complètement, en 1993, Virgin record propose le plus grand contrat dans le monde de la musique plus de 20 millions de dollars pour un seul album. Janet se détache donc de sa famille et elle efface son nom de famille sur la pochette du disque, Janet. Le message est clair, elle n’est plus une jackson aux yeux du public mais elle est Janet. Elle a fait l’impensable : Faire une carrière solo en total indépendance de son frère roi de la pop. Avec That’s the way love goes, elle signe l’un des premiers gros hit rnb, l’album était un parfait mélange de ses influences rnb, pop, dance, funk et ballades sensuelles, c’est aussi un changement d’image pour elle (elle devient de plus en plus sexy sans être vulgaire). Résultat : C’est son disque le plus vendu même si il a fait moins de hits que l’album précèdent, plus de 20 millions d’exemplaires dans le monde. Au milieu des années 90, elle aide son frère à se refaire une place dans la pop après un scandale d’accusation de pédophilie avec le tube scream et elle va déjà faire un premier bilan sur sa carrière avec un best of vendu à 10 millions de copies dans le monde. En 1997, elle livre son disque le plus personnel et le plus sombre, The Velvet Rope, un disque de rnb en avance sur son temps, Janet a compris qu’il fallait avoir un excellent catalogue de chansons pour rivaliser contre les plus grandes divas des années 90. Après 10 millions de ventes et plusieurs succès, elle deviendra une vraie reine du rnb. Dans les années 2000, Janet va revenir avec plusieurs albums all for U, damita jo, 20 years old ou discipline, la baisse de qualité était au rendez vous dans ses projets mais elle était toujours une star du rnb. Fragilisé depuis le scandale de 2004 au superbowl et la mort de son frère, elle se fait plus discrète maintenant néanmoins elle a fait un retour chez les disquaires avec unbreakable un disque pop de très bonne facture en 2015, résultat : plus de 300 000 ventes au compteur malgré la crise du disque (troisième meilleure vente pour une artiste noire en 2015-2016), un succès critique important et surtout une place numéro 1 des ventes d’albums aux usa.

Morceaux phares : I Get Lonely, The Velvet rope, New Agenda, Got’Til It’s Gone, Together Again, That’s the way love goes, If, Again, Anytime Anyplace, Runaway, Go Deep, Escapade, Black Cat, Love will never do without You, Come Back To Me, Alright, Empty, Lonely, This Time, Funky Big Band.

11:Lauryn Hill

Star du groupe Fugees, Lauryn Hill ne possède qu’un seul album studio à son actif mais c’était l’un des meilleurs disques des années 90 et l’album a eu un impact important sur la scène rnb. Avec cet album, Lauryn était lauréate de 6 grammys awards dont celui de l’album de l’année pour 1998. Le disque était bouleversant entre rap et chant, elle excelle dans les deux domaines, ses textes étaient pertinents et d’une beauté. Entre chagrin, dépression, elle a fait un disque renversant et culte avec plus de 20 millions de ventes dans le monde et 8 millions aux usa. The Misseducation Of Lauryn Hill est un phénomène de la fin des années 90 et l’un des meilleurs albums rnb et rap dans le même temps, véritable légende de son temps qui n’a pas besoin de 10 albums pour avoir ce titre. Morceaux phares : Lost Ones, Ex Factor, To Zion, Doo Woo, Final Hour, When it Hurts So Bad.

10: R.Kelly

R. Kelly est le roi du rnb des années 90, c’était le pionnier, les autres ont suivis son rythme, son héritage. 12 Play symbolise la naissance du rnb des années 90, l’album est culte et date de 1993, on découvre alors une voix unique. L’album totalise près de 8 millions de ventes dans le monde dont 6 millions aux usa, le suivant en 1995 R Kelly totalise 6 millions dans le monde et enfin R totalise 12 millions de ventes dont 8 millions aux usa en 1998. En plus des ventes, sa musique était une référence tout comme ses textes, sa voix, une véritable légende malgré une très mauvaise réputation dans sa vie privée. Morceaux phares : Your Body is calling, Bump N Grind, I believe I can fly, You remind me of something.

9: Oasis

Véritable tour de force de la musique british des années 90, oasis est un peu l’héritage des Beatles, les mêmes look, des références en matière de musique, des textes aux messages importants et touchants, des textes qui restent dans la tête. Voilà un véritable phénomène même en matière de ventes de disques, un premier album qui s’écoule à plus de 2 millions de ventes en UK, et un deuxième qui éclate le record avec près de 5 millions de ventes dans le même pays. Morceaux phares : Wonderwall, Champagne supernova, D’you Know what I mean ?, Don’t Look Back In Anger, Stand By Me, Roll With It, Whatever.

8: Radiohead

Groupe de rock pour le moins original avec une multitudes de son électronique, ce groupe aime faire les choses différemment et surtout l’innovation, on retiens surtout Ok computer, l’album de la consécration en 1997 qui est encore un des disques les plus impressionnants dans la scène alternative rock. Morceaux phares : Karma Police, Lucky, No Surprises, Aibag, My Iron Lung.

7: Massive Attack

Groupe de trip hop, un genre musical assez avant gardiste dans les années 90, Massive attack c’est surtout la certitude d’avoir des albums incroyables, un coup de cœur à chaque fois. Déjà en 1991, ils étaient maître de leurs musiques avec l’album Blue Lines mais en 1998 c’est une vrai claque avec l’album Mezzanine (2 millions de ventes aux usa). Le groupe est une influence majeure chez beaucoup d’artistes. De plus, le groupe est la référence absolue en matière de trip hop un genre de musique electronique qui était en avance sur son temps. Morceaux phares : Angel, Inertia Creeps, Teardrop, Dissolved Girl, Blue Lines, One Love.

Les mentions spéciales : Spice Girls, le girls band le plus populaire de l’UK, avec deux albums vendus à plus de 20 millions d’exemplaires et plusieurs tubes populaires dont Wannabe. Le groupe était un phénomène, chacune avait des looks différents et une origines différentes (victoria la jolie fille parfaite qui chante presque pas, la petite blonde lolita, la jolie black qui se déchaine, mélanie c qui était très sportive et garçon manqué et enfin Geri la fille la plus exotique et rousse du groupe) mais on regrette le manque d’ambition artistique dans leurs catalogues. Le groupe se veut pop et sans prétention.

Britney Spears : Véritable phénomène dans la pop culture en 1998 et 1999, Britney spears était à l’origine de l’effet de mode lolita avec son baby one more time (album vendu à 25 millions d’exemplaires dans le monde dont 10 aux usa). Mais les meilleures années de sa carrière sont dans les années 2000.

Les phénomènes de boys band : Backstreet boys/N Sync : Dorénavant on préfère oublier ce genre de musique d’ado mais c’était à la mode chez les ados de l’époque. La teen Pop était au sommet avec l’apparition de ces groupes et des popstars comme Britney Spears ou Christina Aguilera.

Cher : Une carrière tellement longue depuis les années 60 avec le groupe sony and cher, elle était star de la chanson, de la télé et même du cinéma dans les années 80. Véritable dinosaure de la musique pop, elle a fait des grands retours dans sa carrière (rock dans les années 80 et dance dans les années 90). C’est à 50 ans qu’elle retrouve le succès avec l’album Believe et le tube du même nom principalement connu pour son autotune. L’album offre bien plus que de l’autotune car Cher a une très belle voix et sa durée de carrière force le respect. Mais il y avait un gout de surenchère, de musique trop commerciale dans ce disque.

Nathalia imbruglia a signée un bel album dans les années 90 avec un tube mémorable Torn.

The Cranberries avec leurs zombie ont fait les meilleures heures des années 90.

Impossible d’oublier l’incroyable Elton John avec sa chanson sur Lady Diana en 1997, un moment bouleversant des années 90.

6: Mary J.Blige

Enfance difficile dans un ghetto de New York, tout était chaotique dans la vie de Mary J.Blige. On l’a découvre en 1992 avec un album de hip hop soul What’s the 411, le but était simple : chanter de la soul sur des sons hip hop, cette musique était de cette façon plus respectueuse de la musique des rues aux usa. Mary était l’emblème de ce genre devenant ainsi en deux albums la reine du hip hop soul. Son premier album était une petite révolution, elle qui était tellement rejetée par les majors à cause de sa couleur, de son style de vie, elle va devenir une star. Et le public urbain va s’identifié en mary, « si elle souffre comme nous alors on se voit en elle ». En effet, toute la souffrance de Mary s’entend dans My Life son second album de 1994, un disque bouleversant. Elle raconte une relation d’amour très difficile qui se termine en véritable abus, elle raconte ses problèmes de drogues, ses mauvaises fréquentations. Elle a une voix brisée dans ce disque, elle chante avec ses tripes et ça bouleverse. Musicalement, elle et sean puffy ont fait les meilleures chansons rnb/hip hop soul de la décennie 90. Avec Share My World en 1997, Mary s’essaye au rnb commercial avec les meilleurs producteurs du milieu, c’est encore une fois le même succès que ses deux premiers albums avec 3 millions de ventes aux usa. Si elle s’exportait très peu en dehors des usa, son public lui était très fidèle à chaque album ainsi même l’album Mary (qui n’a pas eu de gros succès single) a fait un carton en 1999.

Elle sera encore plus active dans les années 2000, elle va connaitre même une explosion commerciale en 2001 avec son disque le plus vendu à ce jour no more drama (6 millions de ventes) porté par le tube family affair (numéro 1 en France). Depuis, c’est l’une des artistes qui fait l’événement dans la scène rnb à chaque album et sa vie est devenu plus stable et joyeuse. Morceaux phares : My Life, Mary jane, Be Happy, You Bring Me Joy, My Everything, Round and Round, I Love You, Time, Your Child, Share My World, Love no Limit, Real Love, Reminisce, You Remind Me, Changes I’ve been Going Trough, My Love.

5: Tori Amos

Grande pianiste, Tori est douée, artiste de génie, elle a fait un tour de force avec ses premiers albums d’abord en 1992 Little Earthquakes était une bonne introduction dans son univers. Son album était principalement du piano voix chose rare dans le milieu musical de l’époque, elle a du se battre pour arriver à imposer sa musique. On retrouve des textes très osés comme Crucify et des grands titres comme Silent All These Years, Precious thing et l’incroyable Winter. Sur Me and a gun, elle évoque son viol de manière bouleversante. Avec un disque dans la même veine Under the pink deux ans plus tard, elle s’impose comme une valeur sur de la musique anglophone avec cette fois çi d’autres grands titres comme Conflake Girl, God, Icicle. En 1996, son album Boys for pele réussi l’essai d’être son troisième disque de platine aux usa, l’album était plus risqué que les deux premiers avec toujours autant de pianos mais avec quelques sons plus électroniques. En 1998, changement radical, elle opte pour un disque sombre aux influences diverses et électronique, From the choirgirl hotel est un grand album, l’un des meilleurs de la décennie. Toujours plus loin et plus fort, elle débarque en 1999 avec une perle rare un double disque live et inédit. Dans les années 2000, elle était toujours aussi innovante (un disque qui revient sur les origines de l’amérique et le massacre indien en 2002, un disque doux et calme en 2005, un album sur plusieurs personnages alter égo d’elle même en 2007, un album de musique classique en 2011, un disque de noel en 2009 pour finir avec un disque plus piano voix en 2014). Morceaux phares : Cruel, Conflake Girl, Past the mission, Winter, Horses, Little Amsterdam, Blood Roses, Pretty Good Year, Crucify, Precious Thing, Silent All These Years, Me And a gu, Smeels like a teen spirit (reprise de nirvana), Jackie’s Strength, Caught A Lite Sneeze.

4:Alanis Morissette

Chanteuse pop dance avec ses deux premiers albums canadiens, Alanis a fait un tournant radical en 1995 avec l’album rock Jagged Little Pill en collaboration avec Glen Ballard. Signée dans le label maverick de madonna, elle devient très vite la vache à lait du label avec le succès de l’album (33 millions d’exemplaires), c’était une révolution à l’époque, l’album était la thérapie de beaucoup de jeunes, des ados qui se sont emparés de cet album à la sortie. L’album était bien écrit et très touchant, Alanis avait une telle rage dans sa voix ce qui fait la force du disque. Chaque single est culte, Hand in my pocket, you oughta know, le plus grand tube Ironic, Head Over Feet, All I really want ou encore You Learn. Le disque était très pop rock, post grunge, un véritable tour de force suivi d’une tournée à succès. Alanis devient alors un phénomène une rockstar avec l’album de l’année au grammy awards 1996 devant mariah carey ou michael jackson. Elle revient en force avec la bo de la cité des anges Univited résultat à la clé : d’autres grammy awards. Puis avec un album Supposed Former Infatuation Junkie, elle bouleverse les codes d’écritures des chansons, le disque était rock et post grunge mais avec une touche plus électronique, sa voix était plus calme et plus puissante. Dernier coup de grâce de la dame ? Un Mtv unplugged (album acoustique en live devant un petit public) d’une grande qualité, rien de mieux pour terminer en beauté les années 90. C’est une redoutable parolière de chanson qui va revenir à plusieurs reprises dans les années 2000 et 2010 sans jamais chercher à revendre 30 millions d’albums. Supposed Former Infatuation Junkie est un succès décent avec plus de 8 millions d’exemplaires vendus dans le monde. Morceaux phares : Sympatetic Character, I Was Hoping, Ur, Thank U, Baba, Right Trough you, mary jane, ironic, head over feet, perfect, Wake up, Forgiven, Would Not Come, Univited, The Couch, Front Row, Unsent, Are You Still Mad, Can’t Not, One, Mercy, No pressure over cappucino, You Oughta Know, You Learn, All I Really Want ou Joining You.

 

3: Nirvana

Nirvana c’était la vague grunge des années 90, un rock plus sombre, un véritable phénomène de société, un mouvement de jeune rebel partout dans le monde, la musique de ce groupe est la base même des années 90 et de l’invasion post grunge. Mené par un chanteur charismatique mais torturé qui va finir par se tuer dans son domicile d’une balle en pleine tête. Le destin de ce groupe est bouleversant, triste mais c’est aussi une légende. Après un très bon disque dans les années 80, le groupe était de retour avec Nevermind, un album culte de 1991 qui défini à lui seul la musique des années 90. On retiens bien sur Smells Like A Teen Spirit, l’hymne de toute une génération de fan torturé par la mort de l’artiste et du groupe. L’énergie de ce titre dégage quelque chose d’unique et incroyable. Tout l’album était une perfection tant au niveau des textes que de la musique, Come As You are était l’autre tube culte toujours dans la mémoire du grand public. Le succès de l’album est inifini, il se vend toujours autant, il doit être à plus de 30 millions de copies vendues dans le monde. Nirvana a aussi un autre grand album le successeur de nevermind In Utero, un disque moins accessible mais toujours aussi percutant. Morceaux phares : Scentless Apprendice, Rape me, Frances Farmer Will Have Her Revenge On Seattle, Come as you are, Smells Like A Teen Spirit, In Bloom, Breed, Lithium.

2: PJ Harvey

Rockeuse dans l’âme, PJ était la révélation indé de l’UK dans les années 90, une rockeuse héritière de Patty Smith. C’est avec deux albums rock indé très sombre qu’elle se fait connaitre entre 1992 et 1993, mixage à la nirvana, voix sombre, PJ avait toutes les aptitudes de la bonne rockeuse. Mais elle était très bonne pour le renouvellement artistique ainsi on la retrouve plus sensuelle et forte avec son troisième album très blues, rock et sombre To Bring You My Love devient même son plus grand succès à l’époque, la chanson Down in the water devient un classique, on retrouve PJ plus femme fatale, plus poétique. A la fin des années 90, on la retrouve dans un virage plus électronique avec l’excellent Is This Desire ? Mais PJ n’est pas qu’une star des années 90, elle a fait un succès monstre en 2000 avec un disque rock plus accessible et moins noir, elle a également changer d’univers pour ses disques les plus récents, elle excelle à la fois dans le domaine sale et rocknroll que dans les ballades au piano. L’anglaise est certainement la plus grande artiste rock moderne d’Angleterre. Morceaux phares : Down By The Water, Meet ZE Monsta, I think I’m a Mother, To Bring You My Love, Missed, Rid Of me, Joy, The River, Dry, O Stella, Long Snake Moan, Send His Love To Me, The Dancer, Rub’Til it bleeds, Legs, Ecstasy, Plants and Rags, Victory, The Wind, Catherine, Electric Light, The Garden.

1: Björk

Virtuose de la musique, Björk a un imensse talent, avec son univers électronique avant gardiste elle était l’une des plus grandes artistes des années 90. Avec une bonne vidéographie, de bons concerts, elle était innovante et toujours en quête de risque, toujours plus haut toujours plus fort. Avec Debut, on découvre la jeune Islandaise dans un son dance avec des cuivres, sa voix avait déjà de la puissance, son timbre était unique tout comme son accent, c’était comme découvrir un ovni dans la scène dance. Debut était un disque marquant dans la scène british, son mélange de jazz, de trip hop, de house et de dance était bluffrant. L’album est encore aujourd’hui une référence en matière de musique pop pour beaucoup d’artistes de lady gaga à Robyn. Avec Post en 1995, elle passe aux choses sérieuses avec un son encore plus électronique, on retiens bien sur son plus grand succès en France It’s Oh So Quiet mais c’est surtout army of me et hyperballad qui font la renommée de ce disque. A la fin des années 90, elle confirme son talent avec le virage déroutant Homogenic, un album à contre courant sur son époque avec un son minimaliste qui mèle violons et musique electronique, sensation forte garantie. Sa voix était encore plus puissante et magique sur Bachelorette et il y a bien sur cette déclaration d’amour à son île volcanique sur Joga. Elle cultive la différence, elle est dans son monde et elle est l’une des plus grandes influences en matière de musique depuis plus de 20 ans. Son physique femme/enfant porte à la confusion, aujourd’hui à 50 ans, elle est encore enfant, une éternelle diva à sa manière. Dans les années 2000, Bjork était encore plus expérimentale avec l’album minimaliste et froid Vespertine, l’album sans instruments Medulla, l’album au son complètement instable Biophillia ou encore l’incroyable retour en 2015 avec l’un des meilleurs disques de cette décennie Vulnicura, le disque de rupture qui mêle violons et musique électronique. On rajoute à ça Volta un disque plus musique du monde avec des cuivres et une collaboration avec timbaland en 2007. Bjork est une artiste dynamique active et qui vend en moyenne 300 000 disques depuis 2004.

Morceaux phares des années 90 : Army Of Me, Joga, Hunter, Hyperballad, Isobel, Enjoy, Possibly Maybe, All Neon Lights, I Miss You, The Modern things, Unravel, Bachelorette, Immature, Pluto, All Is Full Of Love, Alarm Call, Venus as a boy, Human Behaviour, Crying, One Day, Violently Happy.

Madonna Ray Of Light

On est en 1998 (une année particulièrement riche en matière de bonne musique à tendance électronique ou rnb), Madonna est l’une des plus grandes popstar de l’époque mais sa carrière était plutôt en pause.

En effet, après un film, une BO de Ballade, Madonna n’était plus vraiment la faiseuse de Hits par excellence des années 80. En 1998, elle se décide enfin de sortir un nouvel album après plus de 3 ans sans albums inédits.

Ray Of Light était son grand comeback mais au final, le disque n’avait pas pour projet d’envahir les radios, de faire des hits à la pelle comme dans ses glorieuses années.

C’est le contraire qui se passe, Ray Of Light était le projet phare qui s’inspire d’une autre tendance des années 90, le courant électronique (on est plus proche de Bjork que des spices girls).

Mais Madonna va faire encore mieux, elle va prendre un producteur inconnu ou presque, William Orbit, un homme génie de la musique électronique qui possède un véritable univers dépaysant. La source du projet était un livre sombre le Drowned World de J.G Ballard, le livre date de 1962. Elle va prendre pour influence sa propre vie de femme de 40 ans pour nourrir ce projet (sa vie de mère, son passé difficile, la mort de sa mère et surtout sa nouvelle spiritualité dans la Kabbale).

Ray Of Light n’est donc pas un album comme les autres, les paroles sont bien évidemment les meilleures de sa carrière et Madonna arrive à apporter son style à la musique de William Orbit. On peut aussi apprécier l’ajout de certains grands noms pour co écrire quelques titres, Patrick Leonard (le compositeur des albums True Blue ou Like A Prayer de Madonna ou encore Marius De Vries le grand collaborateur de Björk. C’est donc un casting British qui domine cet album.

Les sujets de l’album tournent autour de l’amour, de la mort, de la vie.

L’oeuvre commence par une chanson sombre, très lente, au texte riche, le Drowned World/Substitute For Love, la voix de Madonna sonne déjà comme réinventée, très douce, mélancolique, en accord avec la musique.  Le son progresse au fur et à mesure pour laisser apparaître les bruitages de William Orbit qui apportent une ambiance divine, froide. La guitare au beau milieu du morceau était une marque de fabrique de Orbit. Enfin, un bridge étonnant s’empare de la chanson avec un style plus agréssif (mais pas trop quand même) et comme une fin de tornade, la chanson devient apaisante à la fin. Dés le premier morceau, on comprend tout de suite que c’est un nouveau virage.

Deuxième chanson et nouveau bonheur : Swim

Très jolie chanson qui commence avec des bruits de vagues, elle est très apaisante comme l’ensemble du disque. Le refrain est plus classique mais toujours aussi efficace. Comme la chanson précédente le bridge semble plus dynamique avant de retomber dans des sons de guitares doux.

Après deux chansons à l’ambiance reposante, on s’attend pas forcément à tomber sur une bombe dancefloor. Pourtant, c’est bien le cas, Ray Of light porte bien son nom, c’est le rayon de lumière de l’album (l’un des seuls), le titre s’ouvre sur un riff de guitare plutôt proche des deux autres titres, et au final on prend un autre tournant avec un son électro aux multiples facettes. La production est riche, la voix de madonna est dynamique, robotisée, irréelle parfois, le refrain est dynamique. Après plusieurs écoutes, on peut encore entendre une bonne palettes de son différents dans ce même morceau sans oublier l’excellence des solos de guitares de Mr Orbit. Le clip est très dynamique, joyeux (vraiment l’inverse du lead single Frozen), c’est un des meilleurs clips de la Madonna. Ray Of Light était le deuxième single de l’album, le premier étant Frozen une chanson électronique beaucoup plus froide et sombre. Le titre Ray Of Light était donc un retour dans la lumière pour la Madonne, si Frozen a fait un buzz positif autour de la sortie de l’album, ray of light a permis un succès sur la durée.

Candy Perfume Girl , est plus froide, plus électrique avec des guitares électriques en pagaille, Skin est plus spirituelle avec un son très complexe et profond, le son électronique s’accompagne encore de multiples bruitages.

Avec Nothing Really Matters, Madonna renoue avec la dance music, mais ça se rapproche plus de l’album de Bjork Debut que de la dance qui passait en radio à cette époque.

La chanson est l’une des pistes les plus accessibles du cd.

Avec Sky Fits Heaven, Madonna se pose de nouveau plusieurs questions sur la spiritualité avec un texte abouti, une musique planante qui se transforme carrément en une tornade électronique.

La chanson est très spirituelle et évoque l’avenir de son enfant, elle tire l’influence du texte du poète Max Blagg.

Shanti/Astangi est une prière hindou avec un son très techno. Madonna a même un accent indien pendant la chanson.

Un son de violon qui se mélange avec une musique très électronique, ça vous dit rien ?

C’est LA chanson phare de l’album, Frozen, cette ballade de 6 minutes est la plus froide de Madonna, le texte est riche, la voix est calme et douce. Dans le clip, Madonna plonge dans un désert froid, elle se transforme en corbeaux aussi ténébreux que son look. Plus qu’un virage artistique, Frozen était la nouvelle preuve du talent de madonna pour la réinvention, revenir avec quelque chose de radicalement opposé à son univers de base (la musique pop grand public). La chanson contre toute attente était un énorme succès dans les charts du monde entier.

Le son est un mélange de musique médiévale, de musiques électroniques et du classiques, c’est aussi une chanson difficile à interpréter, l’une des pistes les plus complexes de la Madonne.

Beaucoup moins connu que son grand frère Frozen voici The Power Of Goodbye :

C’était aussi un single et une ballade sublime dans le même temps. Cette chanson était la suite parfaite à Frozen, moins froide, plus acoustique, plus entêtante et tout aussi pure.

On retrouve une ambiance lente, glaçante sur ce titre, To have and not to hold est certainement la plus belle chanson de Madonna. Mais elle se révèle vraiment après plusieurs écoutes, les choeurs apportent un univers riche, non imitable par d’autres chansons de l’époque et c’est bien cela la force de l’album Ray Of Light.

Après une petite berceuse douce pour sa fille Little Star. L’album se termine avec la 13ème pistes Mer Girl (après une heure de musique tout de même).

Mer Girl décrit la mort de la mère de Madonna (l’événement marquant sa vie qui fera d’elle une artiste), la production est minimaliste entre la voix de madonna et les synthétiseurs électroniques. Cette chanson marque la fin du disque de façon grandiose. Sa voix est d’abord pleine d’inquiétudes, de doutes et ensuite elle prend toute l’assurance nécessaires pour clôturer ce texte. Comme un plongeon dans le vide l’écoute de ray of light s’achève ici (et on en redemande encore).

Avec plus de 18 millions d’exemplaires dans le monde cet album est un des mieux vendus de la Madonne malgré ses 40 ans mais pas seulement, c’est aussi son disque le plus primé entre des récompenses aux grammys (meilleur album pop par exemple) et surtout ses meilleures critiques presses de toute sa carrière.

C’était aussi un exploit rare de faire un succès aussi populaire 15 ans après l’âge d’or d’une carrière, à 40 ans Madonna réalise un double exploit, faire son meilleur album et le vendre avec de nouvelles armes (un nouveau look, des bons clips).

Ray Of Light est reconnu pour être un des plus grands albums électroniques des années 90. Il a aussi permis d’injecter à la musique populaire une dose de musique électronique plus risquée après ceux de Björk.

Encore aujourd’hui, cet album est à part, il vieilli très bien par rapport à d’autres disques de l’époque, si le courant dance music des années 90 sonne démodé aujourd’hui, ray of light lui reste indémodable.

 

Les nouveautés de ce milieu d’année 2016

Rien de mieux que de faire une petite rétrospective sur les sorties de ce milieu d’année 2016.

On commence bien évidemment avec le retour de la princesse de la pop Britney Spears avec Glory, un album pop très positif et moderne.

Britney Spears a une histoire particulière, c’était la fiancée de l’Amérique qui est devenue une proie des paparazzis entre 2004 et 2007. Depuis 2008, sa vie est beaucoup plus stable grâce à une tutelle et à ses enfants. En 2013, c’était la douche froide avec l’album britney jean qui ressemble à un album de fin de contrat avec une maison de disque, le but était de faire vendre sa résidence à Las Vegas (qui est un grand succès encore aujourd’hui). Après une longue absence chez les disquaires, c’est le retour de la popstar avec Glory et il n’y a pas photo, l’album est vraiment meilleur que ses autres projets depuis 2008. Nouvelle équipe jeune et efficace, une voix moins robotique et plus naturelle, une Britney plus heureuse et fière de faire de la musique, voilà le programme de ce glory qui regorge de bonnes chansons planantes (Slumber party, If I’m Dancing, Just luv me, Just like Me ou encore Invitation), dynamiques (Do You wanna Come over, Liar, Hard To Forget Ya).

Une ambiance sensuelle ressort de ce disque, il est ni trop dynamique ni trop mou, c’est le juste milieu, Britney n’hésite pas à donner de la voix sur des titres comme What you need, et le résultat est sympathique. L’ajout de certains choeurs (par Britney ou son équipe), d’instruments dynamisent l’album. Le rejet de l’electro pop est aussi un bon point, pas de work bitch au programme. Britney qui reprend sa carrière en main en 2016, c’est une bonne chose.

L’album mixe parfaitement la musique tendance du moment avec des artistes comme major lazer, Justin Bieber, Selena Gomez mais avec l’ADN de Britney Spears.

Pronostics des prochains singles : Do You wanna come over (le titre qui se détache du lot et qui est bien plus percutant que make me), Slumber Party (pour faire concurrence à une certaine Selena Gomez), Love Me Down (pour faire un carton dans les clubs) et Change Your Mind (qui est assez surprenant avec sa vibe latina).

Glory risque de faire au moins 100 000 ventes aux usa pour sa première semaine, c’est vraiment encourageant pour la suite. Seul bémol pour le moment : le clip de Make Me qui est vraiment anecdotique dans la vidéographie de la miss.

Maxwell

Black Summers’Night est un album surprenant déjà avec son ambiance plaisante, calme, reposante, mais l’album regorge aussi de bonnes productions de Maxwell. Le coup de grâce vient de sa voix qui est tout simplement la plus belle voix masculine de la néo soul, frisson garanti dés la première piste.

Cet album mérite une belle récompense aux grammys awards aux usa dans la catégorie RNB.

Maxwell a une voix qui a tellement de facettes différentes, son timbre est juste unique, à chaque album on redécouvre une nouvelle manière de chanter. Si vous voulez un peu de relaxation après un bon bain, il y a rien de mieux au monde que cet album et cette voix divine.

Le grand monsieur va partir en tournée aux usa et en Europe avec la reine du Hip Hop soul Mary J. Blige, rien de mieux qu’une double découverte en live avec deux artistes d’exceptions qui ont un vrai vécu, une carrière hors norme et une voix et culture incroyable.

Frank Ocean Blond

Frank ocean est un visionnaire, un artiste de grand talent qui était à l’origine d’une nouvelle forme de RNB (plus futuriste) depuis 2012, Blond représente son retour dans une formule plus simple. On a une ambiance plus épurée, plus proche du schéma normal voix/instruments, le tout est pimenté par quelques interludes qui donnent un résultat impeccable. La force de ce disque c’est son authenticité, on a rien de faux dans les paroles des chansons, ce n’est pas un disque calculé d’avance pour faire un succès. Hélas, il est disponible uniquement en streaming ou en achat légal sur le net, une sortie physique peut-être intéressante pour élargir son public.

Il manque plus qu’un soutien radio pour que l’album décolle vraiment mais Frank Ocean n’est pas Justin Bieber (et heureusement).

Blood Orange

Blood orange c’est un musicien, un producteur, une voix, il a tout pour lui, il s’entoure très bien et il a un type de son unique.

L’album regorge de pépites comme Chance, Best To You (qui peut devenir un tube), Better Than Me ou encore Hadron Collider en duo avec Nelly Furtado. L’ambiance du disque est reposante et les paroles sont de qualités. Beaucoup d’artistes veulent des sons de Blood Orange et ce n’est pas étonnant vu son talent. L’album est l’un des plus grands succès « critique » de l’année mais hélas il est trop peu connu du public en général.

The KVB Desire

C’est le groupe underground du moment, cet album est probablement leurs meilleur travail, ambiance sombre, musique planante, on peut en faire une excellente BO de jeux vidéos ou de films.

Chaque chanson possède son ambiance, à l’écoute du disque on embarque pour un voyage hors du temps. C’est l’un des plus grands disques de l’année.

Ariana Grande Dangerous Woman

Dans la génération Selena Gomez, Demi Lovato, celle qui se démarque le plus est Ariana Grande car malgré son univers très girlie, très princesse adolescente, elle dégage beaucoup d’assurances et surtout elle possède l’une des plus belles voix du moment. Son univers est un mix de rnb et de pop, armé de Max Martin (producteur des débuts de Britney Spears, de katy perry et fondateur des derniers hits de Taylor Swift), elle s’offre Dangerous Woman.

L’album est plus mature que les précèdents, elle s’assure une bonne machine à tube avec Into You ou son nouveau single Side to Side en feat avec Nicky Minaj. Même si le disque ne possède pas de grandes ambitions, il contient des bonnes chansons comme Touch It (avec un travail vocal de qualité), Know Better (moderne et très frais) et surtout le magnifique I Don’t Care.

Mais c’est Leave Me lonely qui se détache le plus du lot :

Ariana a du talent mais elle manque encore d’ambition, de maturité, elle fait son job correctement sans se détacher du lot, sans avoir sa propre patte. Elle a beaucoup de potentiels, c’est une chanteuse pop qui a une culture rnb, elle peut aussi avoir un bel avenir avec de la musique plus soul. Leave Me Lonely se détache grâce à sa voix et à l’alchimie des deux artistes Macy Gray et Ariana. Dangerous woman reste quand même un projet pop de bon calibre avec une artiste talentueuse.

Le combat Anti vs Lemonade

Anti de Rihanna

Lemonade de Beyonce

C’est le duel de l’année, rihanna contre beyonce, et si les deux étaient complémentaires ? Ce sont deux projets différents et les deux méritent une bonne place dans les meilleurs albums de l’année. On commence par Rihanna qui est une chanteuse de tube, de radio, Anti marque une rupture avec son travail habituel car ici elle mise sur la cohérence, sur l’ambiance sombre de son album avec des bonnes productions et une voix hors de contrôle. L’album contient la ballade Love On The Brain, qui est le nouveau single de Rihana, on commence avec une ambiance malsaine, inquiétante avec des titres comme desperado, consideration, ensuite on découvre avec joie des titres plus calmes comme yeah I said it et on termine avec des ballades. Que vient faire Work dans cet album ? La réponse est vendre l’opus bien sur et ça marche du tonnerre car Rihanna vend sur la durée et domine le marché du streaming et les radios (alors que le but du projet était de pas faire comme les autres). Avec des collaborations hors de son disque, elle conserve son statut de reine des radios, le succès est donc au rendez-vous mais en vente sans streaming c’est moins bien qu’avant (1 million de vente dans le monde).

Le projet de Beyonce repose sur un film et un cd de musique avec des titres trap, rnb, pop et aussi country. Elle mise sur la diversité avec thèmes marquant comme les meurtres des hommes noirs aux usa par des policiers, le projet est donc engagé. Beyonce peut vendre son disque sans radio, sans tube, ce qui est un exploit de nos jours. Pourtant, Hold Up et Sorry avaient un bon potentiel pour devenir des succès, l’album se vend déjà à plus de deux millions d’exemplaires dans le monde dont 1 million aux usa.

Beyonce et son équipe de danseuses soutiennent la cause de Black lives matter, qui remet en cause les attaques injustes contre la communauté afro américaine, ce qui fait que la dame est aussi la proie des critiques républicaines de son pays depuis la chanson buzz Formation. Le disque permet aussi à Bee de gagner les grands prix dans les cérémonies US comme les video music awards ou bientôt les grammy awards. Le disque a un bon équilibre entre ballades Love Drought,All Night, Sandcastles, Pray You catch me, Daddy lessons et des titres plus « familiers » plus dynamiques mais pas trop non plus (ici on a pas de single ladies) : Sorry, Hold Up, formation.

La dame comprend parfaitement l’état du marché, il faut se démarquer avec un thème fort pour avoir un succès et surtout sortir du lot, c’est la réussite du projet lemonade (avec la grande diversité des types de musiques entre rnb, electronique, pop, country, rock, trap).

Les deux prochaines sorties :

Bien sur, on a encore des pépites à découvrir avec la sortie prochaine du nouvel album de M.I.A, une rappeuse marquante de cette décennie. Depuis son disque Arular en 2005, elle est toujours dans la course, connue par son tube Paper Planes  et surtout par son aptitude à mélanger les sons indiens avec des sons américains ou européens et même latinos, M.I.A est une génie du genre Hip Hop/Pop/Electro. C’est une artiste authentique qui ne reprend pas les codes américains, elle se met à dos les maisons de disques ou les radios. Vu son passé difficile, ses textes sont inspirants pour toute une génération avec ses critiques contre le gouvernement de plusieurs pays, sur la condition de la vie de la femme dans les pays du moyen orient ou encore sur la guerre et l’immigration.

Avec Kala en 2007, elle connait la consécration commercial (avec près d’un million de ventes dans le monde) et critique (elle devient l’une des artistes les plus adulées de sa génération par des critiques professionnelles ou par des artistes comme timbaland, kanye west et madonna).

Depuis, elle se bat pour faire la musique qu’elle aime vraiment, même le succès ne l’intéresse pas. Son dernier album Matangi était un mélange de genre intéressant entre musique indienne et musique plus electro, c’était l’un des meilleurs projets de 2013 malgré des ventes en chute libre (77 000 exemplaires aux usa).

Cette année, elle est de retour avec un nouvel album :

Encore un nouvel album hors du temps, avant gardiste loin des lois des maisons de disques et des radios. Le projet se veut encore engagé, M.I.A parle de l’immigration avec la chanson Borders, un titre qui dérange encore une fois à cause du franc parler de l’artiste. M.I.A semble renouer avec son producteur Diplo (actuellement producteur de major lazer) avec le titre Bird Song, elle change de registre aussi avec Go Off produit par Skrillex. Avec un projet aussi engagé, elle risque de faire un succès mitigé mais au moins son honneur est sauf. La chanteuse de Bad Girl a plus d’un tour dans son sac. L’album sera disponible dans une semaine.

Norah Jones

Après une longue pause, c’est aussi le retour pour Norah la fille d’une légende indienne Ravi Shankar, cependant, elle a aucun point communs avec la musique de son père. Elle était la grande vendeuse de disque en 2002 avec l’album pop jazz come away with me, vendu à plus de 25 millions d’exemplaires (un exploit pour ce type de musique face à des britney spears, christina aguilera, avril lavigne ect). Depuis son succès et ses grammys, elle est plus discrète mais son public répond toujours à l’appel, son dernier projet plus pop Little Broken Hearts a fait au moins un million de ventes dans le monde malgré sa discrétion. Malgré un changement de style, la qualité était au rendez-vous, c’était un disque calme, planant avec des titres comme After The Fall, Miriam, Take It Back ou encore All A Dream, le tout vendu avec le tube Happy Pills.

Avec une carrière exemplaire et une discographie très riche entre jazz, pop, rock, blues, country, elle revient à ses premiers amours : le jazz.

Day Break va sortir en Octobre.

Le retour R&B de l’année : Alicia Keys

2016 est la date du retour de la plus grande vendeuse de disque rnb des années 2000 (35 millions de disques dont 18 millions aux usa).

Alicia Keys est une référence du milieu rnb, elle représente la femme parfaite sans scandale, la musicienne prodige, la talentueuse chanteuse à la voix cassée, douce et puissante à la fois. Cette amoureuse de la musique de Prince et de Stevie Wonder était un vent de fraicheur sur la musique rnb/soul des années 2000.

Face à une multitude de starlettes formatées par une maison de disque (Rihanna, Cassie, Ashanti, Ciara), Alicia Keys était cette chanteuse dans son monde à faire une musique sans grand visuel, sans chorégraphie ou sans scandale.

En 2001, elle s’impose avec Fallin un premier single déjà parfait et une sacrée prise de risque dans le milieu urbain :

L’album s’appelle Songs In a Minor et c’est un grand classique de la musique noire américaine des années 2000, ce projet était R&B mais surtout Nu Soul (un mélange entre R&B, soul et Hip Hop). Alicia était alors le visage d’un genre nouveau sur la scène américaine et anglophone.

Avec une autre chanson sur les droits des femmes :

Une reprise d’une B side de Prince :

Songs in a minor devient L’album évènement de 2001 avec 5 grammys awards à la clé et 13 millions de copies vendus dans le monde. C’est aussi un album mature pour une simple adolescente, c’est une œuvre d’adulte avec une musique pointue, profondément ancrée dans les valeurs de la black music. Alicia est une artiste complète avec son double musical son ami Krucial Keys, ensemble ils font toutes sortes de choses, alors bien sur la dame joue du piano mais elle écrit, compose et produit ses chansons. L’album est une réussite avec des titres comme Trouble, Rock With U (digne des meilleures BO des années 70), Jane Doe, Why Do I Feel So Sad, Lovin U, Butterflyz, Goodbye, Never Felt this way.

Après un succès immense, elle fait un retour marquant en 2003 avec son second album.

L’album était aussi bon que le premier avec toujours son style particulier, sa voix soul. Le disque est un autre classique de la décennie 2000, il se vend à plus de 8 millions d’exemplaires dans le monde, Alicia remporte 4 autres grammys awards et elle devient la plus puissante chanteuse rnb de sa génération.

Elle enchaine les tubes en 2004 avec If I Ain’t Got You, Karma, et Diary :

Le lead single de l’album est l’une des meilleures chansons rnb de 2003 :

L’album a son lot de pépites avec Dragon Days, Heartburn, If I was your woman, Slow Down, So Simple, When You Really Love Someone.

En 2005, elle participe à son premier MTV Unplugged, un concert acoustique de très grande qualité qui est devenu un classique aujourd’hui, c’est encore un troisième album numéro 1 aux usa avec 1 millions de ventes.

Entre 2007 et 2010, elle offre à son public deux albums plus pop mais aussi rnb, As I AM est encore un succès critique et commercial avec 6 millions de copies vendus (avec une très grosse première semaine de vente pour une artiste rnb). Elle s’offre une collaboration avec John Mayer sur l’excellent Lesson Learned, elle gagne un grand tube avec No One.

As I Am est un disque soul, rnb, pop, rock (on a beaucoup plus de cuivres et des arrangements de qualités tout au long du disque), on retrouve des titres très années 70 (Wreckless Love, Where Do We Go From Here, Go Ahead et Love Teenage Affair qui était le dernier single de l’album). Mais aussi des ballades comme Tell You Something, Prelude To A Kiss ou Superwoman ou The Thing About Love :

C’est la chanson Like You’ll Never See Me Again qui s’impose comme le deuxième succès de l’album :

 

The Element Of Freedom (qui se vend à près de 4 millions d’exemplaires entre 2009 et 2010) permet à Alicia de faire un virage plus pop (avec des chansons comme wait till you see my smile, Distance and Time, This Bed, How it Feels To Fly) plus dans l’influence de Prince. L’album est surtout un disque romantique, assez reposant. Il contient une petite perle de soul Unthinkable I’m Ready :

C’est le single qui s’imposait le mieux dans les classements rnb/hip hop avec un disque d’or à la clé tout comme Try Sleeping With A Broken Heart.

On a aussi plusieurs ballades au piano avec Pray For Forgiveness, Through It All, That’s How Strong My Love Is.

De cette période on retient aussi la chanson sur la ville de New York :

En 2012, elle propose un album piano voix Girl On Fire (qui contient 3 belles collaborations avec Emili Sandé : 101, Not Even The King, Brand New Me, un duo sublime avec la voix magique de Maxwell : Fire We Make, une collaboration avec Bruno Mars sur Tears Always Win, une perle electro When It’s all Over et une chanson très urbaine Listen To Your Heart)

Malgré l’ambiance plutôt calme, l’album contient aussi des titres à tendance reggae/soul/hip hop comme sur Limitedless ou  New Day.

L’album Girl On Fire se vend à 1 500 000 exemplaires dans le monde et le single du même nom est l’un des plus grands succès de 2012. L’album gagne un succès critique et également un grammy awards pour le meilleur album rnb de l’année.

Entre 2013 et 2014, Alicia a sortie la chanson It’s On Again avec Kendrick Lamar pour le film Amazing Spiderman 2 ainsi qu’une chanson humanitaire We Are Here.

En 2016, Alicia entame un nouveau retour avec le single (juste après la parution de la chanson 28 Thousand Days) In Common :

La chanson In Common est très urbaine avec une voix calme sur une production assez dynamique. Ce titre peut parfaitement séduire un nouveau public en attendant le prochain single qui sera certainement plus dans le style habituel de Alicia (piano voix sur de la soul, du rnb ou même de la pop).

Alicia Keys est toujours la plus grande vendeuse chez les chanteuses rnb depuis 2001 aux usa, c’est aussi l’une des artistes les plus récompensées au monde. Elle totalise 15 grammys Awards, 5 American Awards, 3 MTV Europe Music Awards, 4 MTV Video Music Awards, 3 World Music Awards, 7 BET Awards, 9 Billboard music awards et 6 Billboard Music Awards en rnb/hip, 9 Soul Train Awards. Les albums Songs In A Minor, The Diary Of Alicia Keys et As I Am sont aussi des les classements des meilleurs albums de la décennie 2000 et de tous les temps (d’après plusieurs magazines).

2016 est son année avec son nouveau poste de juge dans The Voice US, un nouvel album et certainement une 5ème tournée mondiale.

Beyoncé Lemonade, la nouvelle Bee

On ne présente plus Beyonce, elle était l’excellente leader du groupe de rnb Destiny’s Child, son premier album avec le groupe date déjà de 18 ans. Après trois albums à succès, elle devient une star en solo avec l’album rnb Dangerously In Love en 2003. Après trois albums solos avec une grande dose de tubes grand public (Crazy In Love, irreplaceable, Single ladies, If I Were A Boy, Beautiful Liar, Baby Boy, Naughty Girl, Sweet Dreams ou Halo), des clips sexy, des concerts dynamiques, une multitude de grammy awards, Beyonce a pris conscience de son aura de star du rnb et de la pop.

Depuis 2011, elle prend de plus en plus de risques, d’abord avec un disque de la vieille école du R&B : L’album 4. On retrouve l’influence de Jackson 5, de Prince, des artistes de la période Motown dans ce 4 aux accents 70 et 80. L’album était surtout un disque de ballade (Dance For You,1+1, Start Over, I Was here)  avec quelques chansons plus dynamiques (comme le rétro Love On Top, la bombe africaine End Of Time, le dynamique Countdown, le très pop Schoolin Life, la délicieuse perle Party).

En 2013, elle passe à la vitesse supérieure, elle s’impose avec Beyonce, un album éponyme avec une sortie surprise sur le net en décembre 2013, l’album se vend dans le format cd de 14 chansons avec les 17 clips en dvd. Le message est clair, Beyonce veut vendre un album et pas des tubes. Drunk In love permet à l’album d’avoir de la visibilité en radio urbaine, l’album contient un grand nombre de morceaux sexy et très urbain comme Blow, Partition (et son introduction Yonce), on a aussi la très sensuelle chanson rnb Rocket de D’angelo.

Ce n’est pas tout car l’album comporte des messages plus féministes comme sur Flawless ou Superpower, c’est une Beyonce plus engagée pour la cause des femmes qu’on retrouve dans son disque le plus personnel (le féminisme est présent dans quelques anciens travaux comme Run The World (Girls). Pour cet album, la liste des collaborateurs est assez longue entre Frank Ocean le visage du rnb actuel, Justin Timberlake, Timbaland, Pharell Williams. C’est peut-être l’album le plus urbain de Beyonce à ce jour avec du rnb, du Trap et même des sons plus électroniques comme sur l’excellent Ghost/Haunted 

No Angel résume bien ce projet ambitieux,urbain, profond avec une vidéographie bien plus impressionnante que dans les années 2000. Souvent, les clips de Beyonce étaient oubliables, ce n’est plus le cas depuis 2013.

L’album Beyonce est le plus grand succès R&B de la décennie pour une artiste féminine avec plus de 2 millions d’exemplaires vendus aux USA (un vrai miracle de nos jours). Il y a que de très rares artistes qui vendent plus que Beyonce, on a Adele ou Taylor Swift mais elles sont beaucoup plus « grand public ».

Mais Beyonce ne s’arrête jamais, en Avril 2016, elle propose un film de 1 heure pour faire découvrir son nouvel album Lemonade. L’album est un immense succès sans tubes, sans promotion, ce qui force l’admiration en ces jours sombres avec la crise du disque qui frappe toujours plus fort d’années en années, un artiste d’aujourd’hui doit faire 10 000 plateaux télés pour juste vendre 400 000 disques dans le monde. Fort heureusement, ce n’est pas le cas de Beyonce qui vend plus de 700 000 disques en une seule semaine sans single porteur et sans sortie physique de son album.

Aujourd’hui, l’album est disponible en physique, digitale et sur Tidal (la plateforme de streaming de monsieur Jay’z). L’album se décompose de 12 chansons.

Le film et l’album s’ouvrent sur Pray You Catch Me, une ballade rnb très aérienne, calme, avec une voix sublime. Ensuite on découvre une Beyonce joyeuse sur le titre Hold Up (un son très caraïbe, un petit tube pour l’été).

Le film a de beaux plans, une très bonne réalisation, on a beaucoup de messages forts tout au long du projet. C’est un nouveau moyen de promouvoir ou carrément de donner vie à la musique. Beyonce prend la forme de plusieurs femmes fortes, elle s’inspire directement de plusieurs sujets africains, elle devient une femme de pharaon le temps d’un clip, elle revendique ses racines africaines tout au long de Lemonade.

Avec la chanson Sorry, Beyonce s’attaque directement à l’infidélité de quelqu’un (est-ce Jay’z ?, est-ce simplement un message pour les autres femmes du monde ?). La chanson mèle le trap avec un chant très agréable ainsi que des petites paroles parlées par Beyonce. A la fin de la chanson, elle cite une certaine Becky (encore un message caché). La force de Lemonade vient de sa diversité, l’album explore plusieurs styles de musiques avec du rnb pour Love Drought, du rock pour Don’t Hurt Yourself (encore un titre enragé contre un homme), de la country avec une teinte de blues (Daddy Lessons qui parle encore d’infidélité ou de méfiance contre un homme), du trap avec le titre buzz Formation. C’est l’album le plus varié de Beyonce, les sujets des chansons sont aussi intéressants comme le féminisme, l’infidélité, la violence contre les femmes noires, la violence des policiers américains contre la communauté noire qui cause des morts encore aujourd’hui sans choquer le gouvernement.

Ce dernier sujet fait fureur aux USA en ce moment avec la chanson Formation de Beyonce:

Dans la vidéo et le live au super bowl de 2016, Beyonce revendique sa croyance en la Black Lives Matter qui signifie « les vies noires comptent », ce mouvement militant organise des manifestations contre le racisme. Mais aux usa c’est un sujet qui dérange les médias, la police, preuve que le combat contre le racisme dérange encore aujourd’hui.

Résultat de cette performance ?

La police menace Beyonce d’un grand boycott. Lemonade est un projet engagé, une grande première pour Beyonce. Sur la chanson Freedom, elle raconte qu’elle brise les chaines, qu’elle cherche la liberté encore aujourd’hui, la chanson prend un autre sens avec le rap de Kendrick Lamar (le meilleur rappeur de son temps). La musique de kendrick se base sur la lutte contre le racisme, la reconnaissance des droits des noirs aux usa.

Dans le film, on peut apercevoir les parents des hommes noirs qui sont morts sous la violence des policiers aux usa.

Lemonade est une vraie mixture du Texas, du sud des USA aux niveaux des sons (country/blues, trap, bounce), Beyonce revient à ses sources de son enfance. Beyonce chante aussi l’amour, elle donne un message positif sur la fin de l’album avec la chanson All Night.

Beyonce est aujourd’hui, la chanteuse noire la plus influente de sa génération, ce nouveau projet va faire d’elle une ambassadrice de la communauté noire aux USA. Il était temps qu’une chanteuse puissante propose des sujets plus ambitieux et moins lisses.

La musique populaire d’aujourd’hui est divertissante mais lisse, les sujets des chansons se ressemblent tous, on a aucun message fort à partager aux enfants, aux adultes. Lemonade arrive au bon moment pour mettre l’accent sur certains problèmes très graves.

Se servir de sa notoriété pour une bonne cause, c’est toujours bon à prendre.

Lemonade est un des albums évènements de l’année.

Prince, rétrospective première partie (de 1978 à 1989)

Le 21 Avril 2016 est le terrible jour de la disparition de Prince Roger Nelson, l’artiste unique et si talentueux.

C’est l’occasion de revenir sur une très grande carrière, il laisse derrière lui un héritage très vaste avec plusieurs styles de musiques (funk, rock, pop, rnb, soul, jazz, new jack swing). On a du mal à mettre Prince dans un panier comme pour Michael Jackson ou Madonna qui sont roi et reine de la pop.

Le style de Prince est plus difficile à cerner car il a pris la forme de plusieurs personnages (camille, love symbol), il a fait des groupes (The Revolution, The new power generation et dernièrement 3rdeyegirl) et surtout il a pris des risques sur le plan artistique quitte à se faire bouder par les maisons de disques (il était souvent en croisade contre les labels). Une seule chanson n’est pas forcément représentative de son travail car c’est un vrai caméléon qui n’a aucune limite artistique (il excelle autant dans le jazz comme sur son disque de 2001 The Rainbow Children que sur du rock ou du rnb). Ce grand écart des genres musicaux est très rare chez un seul artiste.

Prince est donc devenu un artiste à part avec son style intouchable, personne n’ose remettre en question son talent ni sa riche discographie, personne ne parle de sa vie privée car Prince a mis en avant que sa vie artistique comme David Bowie.

Notre histoire commence à Minneapolis dans l’état du Minnesota aux USA, c’était une ville vivante avec plusieurs genres de musiques. Et on avait un son particulier qui n’était pas encore populaire dans les années 70. Prince était le précurseur de ce style underground, il a créer des mouvements, des groupes (comme the times), il a permis à des musiciens de se faire un nom (jimmy jam et terry lewis les célèbres producteurs de Janet Jackson).

Son premier album est For You, un disque simple au son des années 70, le plus surprenant vient de l’investissement de Prince dans cet album, il l’a fait seul avec les textes, les compositions, la production, les arrangements, c’est très étonnant de voir un jeune de 20 ans qui peut faire autant de choses et sans soutien d’auteurs/compositeurs ou producteurs.

Il avait déjà des aptitudes extraordinaires c’est pourquoi en 1979 il se lance dans un deuxième disque éponyme avec le tube I Wanna Be Your Lover. La pochette était déjà démodé avec un brin de naïveté :

L’album est plutôt romantique dans la tendance de l’époque avec une petite touche personnelle : une voix aiguë, on retrouve Sexy Dancer un titre résolument sexy :

L’album Prince se vend à deux millions d’exemplaires (surtout aux USA), Prince n’était pas encore un phénomène mais il était déjà un artiste émergent de la scène underground des usa.

En 1980, il passe aux choses sérieuses avec un look provoquant et un excellent album Dirty Mind, le son est plus électronique, l’album n’a aucune étiquette pour l’époque ce qui fait qu’on a du mal à mettre sa majesté Princière à sa place (pop, R&B, blanc ou noir mais qui est t’il vraiment ?). Prince était un parfait ovni dans le paysage musical de l’époque.

Derrière cette provocante pochette, on se retrouve avec un disque underground et surtout en avance sur son temps. Certes on a aucun tube marquant dans ce disque et il n’était pas un grand succès mais aujourd’hui c’est un classique des années 80 reconnu par beaucoup de magazines, de fans et par la presse. Et si Dirty Mind n’était que le début de la transformation du chanteur de Minneapolis en superstar inclassable ?

En 1981, Prince ose un autre album :

C’est Controversy, une suite parfaite de Dirty Mind avec toujours des chansons avec une pointe de provocation (surtout sur Sexuality et la ballade Do Me Baby).

Dans cette chanson il montre vraiment son talent de caméléon en passant de sa voix aigue à une voix bien plus grave avec des cris pour montrer son excentricité. Il n’oublie pas de faire danser les gens avec Private Joy qui hélas est trop peu connu dans sa grande liste de tubes. L’autre chanson marquante de l’album est Controversy, un son captivant et underground, c’est une chanson qui explose. L’album termine sa course avec 2 millions d’exemplaires entre les USA (1 million) et l’UK (80000 copies). C’était quand même mieux que pour Dirty Mind et ses 900 000 copies vendues aux usa. Mais on était encore loin de l’explosion mais le but de cette ère était de faire monter Prince à un autre niveau : l’artiste qui s’apprête à tout détruire sur son passage. Avec ce disque, on le remarque enfin dans les médias comme quelqu’un de talentueux aux usa, un artiste intéressant à suivre, un espoir du futur.

1982 est une date fétiche pour Michael Jackson et son thriller mais c’est aussi la révélation pour Prince avec un album très en avance sur son temps. 1999 est l’explosion du Funk, un album underground qu’on écoute avec joie en boite jusqu’au lendemain, Prince était en quête d’une qualité sonore avec une perfection des sons, des accords, comme il était le seul créateur de ce disque, il était libre de faire quelque chose d’unique en son genre sans aucune imitation possible chez la concurrence. 1999 est l’aboutissement de la réussite du son de Minneapolis, Prince entre dans la gloire et le public découvre alors un nouveau type de musique, des nouveaux arrangements, cet album concept était un pilier de la musique des années 80. L’album est inclus dans la liste des 500 plus grands albums de tous les temps chez plusieurs magazines comme rolling stones (163ème), le Slant Magazine le classe 8ème des meilleurs albums des années 80.Il n’y a pas de doute, 1999 est une influence majeure grâce à ses synthétiseurs qui étaient très en avance sur l’époque. Cela relève de la prouesse quand on sait que Prince fait un album seul.

Il se fait une place dans les charts US avec le tube Little Red Corvette puis 1999 la bombe pour les clubs :

Ainsi il double ses chiffres de ventes, 1999 l’album se vend à 5 millions d’exemplaires aux USA, la machine se lance, Prince commence à avoir une base fan solide et il profite de ses tournées pour les fidélisés.

On le surnomme alors roi du funk avec son 1999 qui cartonne même au Royaume-Uni avec 300 000 ventes, après cette ultime réussite il se lance dans la recherche d’un autre concept.

Il attend un an avant de revenir en force avec Purple Rain, double réussite à la fois un film sur l’émergence des groupes de Minneapolis et sur la création de son personnage THE KID mais aussi La BO Purple Rain, un nouvel album écrit, composé, produit, arrangé par Prince lui même, cette fois çi il forme un groupe The Revolution. Le film devient un objet de promotion de cet album virtuose qui mêle le rock au funk, chaque chanson est culte, Prince devient alors une superstar intouchable. Avec des prestations lives dans le film, il montre son talent scénique au grand jour avec des prestations si parfaites comme sur I would Die For U ou Computer Blue :

Côté tubes c’est When Doves Cry qui devient le plus grand succès de Prince :

Avec un disque platine à la clé mais hélas la sortie de la chanson était bien trop tardive en France. C’est donc Purple Rain qui s’impose le plus en France alors qu’aux usa il se vend moins bien que When Doves Cry. Mais la ballade est une chanson mémorable dans le monde, c’est une chanson signature avec un parfait solo de guitare à la fin. Mais ce slow ne reflète pas forcément l’excentricité et la virtuosité de l’album du même nom. Avec The Beautiful Ones on trouve un Prince plein de passions, d’amour qui chante haut et fort, ce titre a été repris par Mariah Carey dans son disque Butterfly en 1997.

Darling Nikki est une chanson aux paroles bien provocantes mais avec une certaine musicalité, c’est la raison même de la création du sticker de l’avis parental.

Purple Rain est une révolution musicale et marketing aussi (avec la promotion de l’album par le biais du film), avec plus de 20 millions de ventes c’est la plus grande réussite commerciale du Kid princier et c’est aussi l’un de ses meilleurs albums mais attention sa carrière ne se résume pas à ce disque, il va faire mieux. L’album gagne un oscar pour la meilleure bande originale de film de l’année 1984, il gagne aussi deux importants grammys awards, il est souvent en tête des différents classement des meilleurs albums des années 80 avec son illustre rival de l’époque Michael Jackson Thriller.

En 1985, Prince sort un nouvel album en pleine vague de succès, il déroute son public avec un disque psychédélique et très pop, on retrouve des tubes comme America, pop life et surtout Raspberry Beret.

Comme son titre l’indique, l’album est un voyage dans les sons du monde et pas seulement des usa, ça montre encore une fois la capacité de renouvellement de Prince et son talent de musicien en dehors de sa zone de confort (funk ou rock). On retrouve des perles comme Temptation, Around the world in a day, condition of the heart. C’est aussi l’année de la création de Paisley Park l’immense complexe/maison les studios du célèbre chanteur (ainsi que son célèbre coffre fort qui contient au moins 3000 chansons, des lives rares), c’était le symbole de son succès et de sa richesse, un endroit sur où il se sentait chez lui parmi ses chansons, ses instruments. L’album est une prise de risque et se vend moins bien mais ce n’était pas vraiment le but de Prince, avec près de 5 millions de copies dans le monde, il prouve qu’il ne veut pas dépendre d’un seul classique à grand succès, c’était le but de sa carrière ne jamais refaire la même chose et ne pas vivre avec son passé. Around the world in a day est une perle de Prince mais qui n’est pas assez connu du grand public, chez les fans de l’artiste c’est un chef d’œuvre, un des albums les plus marquants de l’artiste. Son lancement particulier ne permet pas de reconnaitre cet album à sa juste valeurs.

En 1986, Prince se lance dans un film en France en noir et blanc (Under The Cherry Moon), le film est un fiasco mais ce n’est pas le cas de la musique. Parade est un de ses meilleurs albums avec le tube mondial kiss. L’album comporte plusieurs interludes et des chansons mémorables comme la triste ballade Sometimes It Snows In April :

La chanson est l’une des plus tristes de sa carrière, le texte est même prémonitoire sur sa mort en ce mois d’Avril 2016.

On retient aussi Girls and Boys pour son audace, Mountains l’une des chansons les plus abouties du disque. Parade est l’un des succès de Prince avec 4 millions d’exemplaires dans le monde dont 260 000 ventes en France, 250 000 en Allemagne, 300 000 en UK et 1 millions 500 000 ventes aux usa.

En 1987, C’est l’année de la discorde, Prince doit sortir The Black Album un disque funk et très sombre. L’album est maudit, Prince annule la sortie quelques jours avant la sortie officielle juste après le passage en usine. L’album est très controversé, c’est la face sombre de 1999, L’album est très sous estimé avec son funk noir, ses phrases anti rappeur, le projet était peut-être trop scandaleux pour l’époque. Prince regrette beaucoup ce disque donc à la place il se focalise sur deux autres albums.

En 1987, Il propose un nouveau concept, un double album, c’est Sign « O » The Times, le projet est audacieux, intriguant de sa part. C’est même son album le plus abouti et le plus profond, c’est un laboratoire de son on le surnomme alors le DR Prince. Le disque commence avec le titre éponyme, une chanson engagée :

L’album possède son lot de tubes : If I Was Your Girlfriend (repris par les TLC dans les années 90 :

Prince prend le rôle de Camille son alter égo pour chanter encore une fois l’amour, la chanson est un standard de la musique contemporaine repris maintes reprises par des stars pour rendre hommage à Prince, les paroles sont d’un niveau incroyable. Cette chanson était 6ème des ventes aux usa à sa sortie, on a aussi You Got The Look une chanson délirante où prince prouve encore une fois son charisme sur scène. Dans le premier cd on retrouve It une expérimentation de Prince avec un son novateur et un chant divin, on a aussi Starfish and coffee qui est la parenthèse détente du disque avec encore une fois un chant d’une grande qualité. La ballade Slow Love est une touchante déclaration d’amour, prince excelle dans les ballades. On oublie pas aussi la bombe Housequake, le virtuose Ballad of Dorothy Parker.

Dans le deuxième cd, en plus des tubes You Got The look et The Ballad Of Dorothy Parker on a The Cross, une ballade rock imparable avec un excellent jeu de guitare et une basse digne des meilleurs, Prince n’est pas qu’un bon guitariste il est un caméléon qui touche à toutes sortes d’instruments.

Sa voix est également un atout de la chanson, son timbre est puissant et unique à la fois. Parmi les titres les plus réussis on a Strange Relationship un morceau captivant et entêtant, on a I could never take the place of your man qui nous reste en tête avec son refrain puissant. It’s Gonna Be a Beautiful Night est un titre live très puissant il démontre la bête de scène qu’est Prince, la foule est en délire pendant tout le titre et ça se comprend. L’album se termine sur adore une ballade d’amour dans la lignée de Slow Love.

Cet album est le plus varié de Prince avec des arrangements de qualités (notamment sur Forever In my Life, The Ballad Of Dorothy Parker ou Housequake sans oublie Hot Thing). Il propose tellement d’instruments, tellement d’arrangements différents, il explore aussi l’electro funk, le r&b, la soul, le funk, le hard rock, la pop psychédélique (virage annoncé dans around the world in a day et parade). Cet album démontre tout le génie de l’artiste, sa diversité, ses influences, c’est son laboratoire de création. L’album est considéré comme le meilleur album de Prince, le meilleur disque de 1987 et l’un des plus grands travaux de musique des années 80. Si on cherche à découvrir Prince c’est un passage obligatoire chez le disquaire on doit se procurer Sign « O » The Times et surtout prendre le temps de découvrir la finesse de ses deux cd. Dans les années 80 Prince était pratiquement tout le temps en tournée, cet album offre même l’une de ses meilleures tournées. Un concert/film est disponible en blu ray et dvd pour les fans :

Prince était au sommet de sa gloire et au sommet de sa forme, ce live est une grande réussite, le Kid possède du charisme, il joue de la guitare comme personne, il danse et il rend dingue un public à lui seul, on retrouve aussi son groupe sur scène. L’album se vend à près de 5 millions de copies dans le monde dont près de 2 millions rien qu’aux usa, près de 300 000 en France, 300 000 en UK ou encore 250 000 en Allemagne.

En 1988, il sort le deuxième disque de remplacement du black album : Lovesexy, une version du disque propose chaque chanson dans une même piste. L’album est très sous estimé dans sa carrière, le son était de nouveau très psychédélique. Il explore le funk et aussi le R&B sans se répéter, l’album est aussi très spirituel assez religieux, il donne une facette plus positif de lui même, si le Black album était la nuit alors Lovesexy est le jour. L’album cartonne en France avec 245 000 exemplaires vendus, en Allemagne il reste 4ème pendant 24 semaines avec 250 000 exemplaires, avec 300 000 ventes en UK il s’impose sur la durée, l’Espagne est aussi conquis avec 100 000 copies. Aux USA, c’est beaucoup moins bien avec seulement 750 000 exemplaires vendus de l’album. Malgré le semi échec commercial de son disque audacieux il cartonne dans les charts singles avec Alphabet St. Mais l’album regorge de pépites comme Anna Stesia :

C’est clairement l’une des meilleures chansons de Prince, un son imparable, très rock, une voix puissante, le kid s’impose encore une fois. Lovesexy, Positivity (petite perle plein de poésie), Dance on, I Wish Ur Heaven sont les perles de l’album. Bien sur Prince n’oublie pas ses expérimentations avec Glam Slam.

Il offre également à ses fans 77 concerts dans la tournée mondiale lovesexy tour (qui visite l’Europe, L’Amérique du Nord et l’Asie), c’est une des plus grandes réussites de Prince, peut-être même sa meilleure tournée.

L’ère Love Sexy était une réussite en Europe et la tournée prouve encore une fois que Prince n’a peur de personne.

En 1989, il surprend le monde encore une fois avec la BO d’un film évènement Batman (un des plus grands succès au box office de l’époque, une des plus grandes productions), étant fan de Batman, il compose une bo déjanté et très fun. C’est un succès commercial avec près de 6 millions de copies vendus dans le monde dont 2 400 000 aux usa (le pays boudeur de Lovesexy), en France il fait le double de ses ventes habituelles avec 490 000 exemplaires, l’UK aussi était fan du projet avec 400 000 copies. C’est aussi un succès single avec le tube Batdance (disque de platine pour un million de ventes aux usa) et Patryman se vend à 500 000 copies aux usa (disque d’or). L’album reste numéro 1 aux usa pendant six semaines consécutives. C’est un mélange de pop, rock et funk.

Avec Batman Prince marque la fin des années 80, une décennie incroyable pour lui, c’est l’un des meilleurs artistes de cette décennie mais aussi l’un des meilleurs vendeurs. Son succès critique est aussi impressionnant, c’est principalement cette partie de sa carrière qui est aujourd’hui l’objet de plusieurs études, son influence est majeure. Il a fait son possible pour s’éloigner des sons commerciaux clichés de l’époque pour faire évoluer la musique au sens large, il était aussi un des pionniers du son R&B. Mais avec cette variété de styles, c’est très difficile de le mettre une étiquette dans un univers particulier, roi de la funk ? roi du rock ? monstre de la pop ? chanteur psychédélique ? pionnier du rnb ? Il est tout ça à la fois. Plusieurs magazines le place comme l’artiste musicien de référence des années 80 grâce à la qualité de ses albums. La quantité rime avec qualité pour Prince avec au moins 11 albums en 11 ans de carrière.

Une grande partie de ses ventes vient de cette période, au total dans sa carrière il totalise 85 261 000 d’albums (sans les ventes singles) dans le monde dont 46 258 000 aux usa un score impressionnant malgré ses risques artistiques et ses albums concepts pas grand public. Prince totalise 3 millions de ventes en France, c’est beaucoup pour un artiste qui prend autant de risques.

Mais sa carrière n’est pas au point mort en 1989 il avait encore plusieurs projets, plusieurs envies.

La deuxième partie de l’article se base essentiellement sur la suite de la carrière de Prince dans les années 90, une époque controversée synonyme de croisade contre les maisons de disques pour une liberté artistique et pour un changement de nom.

Les albums essentiels de Prince dans les années 80 :

1/Sign « O » The Times, 2/Purple Rain, 3/Parade, 4/1999, 5/LoveSexy, 6/Controversy, 7/Dirty Mind.

A lire aussi l’article sur le film et l’album Purple Rain de Janvier 2016 : https://albzik.wordpress.com/2016/01/19/prince-purple-rainle-phenomene/

Rihanna Anti, l’album de la libération

On ne présente plus Rihanna, cette jeune barbadienne est une star depuis 10 ans (déjà). Rihanna c’était la machine à tube sans faille avec des chansons d’une grande efficacité et facilité, la chanteuse était sans étiquette (un peu de electro, un peu de rnb, de pop, de reggae, de trap, de ballade). Rihanna est une mixture de plusieurs son à elle seule. Mais hélas les albums de la miss étaient des produits marketing de a à z.

On retient quand même l’album de la consécration Good Girl Gone Bad, un disque de tube qui offre à Rihanna un impressionnant changement entre la petite fille des îles et la mégastar planétaire. Rated R est aussi un sommet de sa carrière, bien plus sombre que les autres disques de la belle « Riri », il contient l’une de ses plus belles chansons Cold Case Love.

Rated R mérite le titre du meilleur album de Rihanna mais hélas il n’est pas son plus grand succès, Loud était sa deuxième machine à tube avec de l’électro, de la pop.

Dans sa discographie, on a aussi Talk That Talk, une compile de tube un peu plus urbain que Loud, l’album est très efficace et bien produit mais il était peu profond et sincère.

Unapologetic (le dernier disque en date avant anti) était mi figue mi raisin, encore une machine à tube bien urbain et pop.

Que faire après 7 albums en dix ans ?

La réponse est simple, on prend son temps pour revenir avec un bon disque. Anti répond parfaitement à la demande, il correspond à l’image de la jeune chanteuse indépendante, Junkie et aussi sexy.

Rihanna n’est plus la petite poupée marketing du label de Jay’z, l’album commence avec Consideration en duo avec SZA une chanteuse de R&B et soul. La chanson pose l’ambiance, ce n’est plus le temps des We Found Love ou Only Girl. Le son est très hip hop, le flow de Rihanna est divin, la chanteuse SZA se mêle très bien avec la voix de Rihanna. L’ambiance avec les choeurs d’hommes est très sombre.

La chanson numéro 2 est une interlude plutôt calme, Rihanna se présente comme une junkie qui fume de la drogue avec fierté, l’ambiance est très calme, le son est très R&B bien plus que dans les anciens travaux de la star.

Kiss it Better se présente comme un futur tube R&B avec le solo de guitare qui déchire, la voix de Riri plus sexy et juste que jamais, un refrain entétant. C’est la chanson romantique du projet Anti.

Work est le single de l’album mais il se révèle comme la moins bonne chanson de Anti. Drake qui est en featuring est complètement mou et perdu, Rihanna est encore plus feignante dans sa partie. Pourtant, la production du titre est très bonne entre pop, rnb et son des îles (la marque de fabrique de Rihanna). Ce qui est clair c’est que ce n’est pas fait pour les dancefloor et pas fait pour les oreilles des plus exigeants en matière de musique rnb. Le refrain est le point faible du titre, c’est trop facile.

Heureusement que Desperado rattrape le coup de froid de Work, c’est une chanson très sombre avec une production parfaite, moderne et très bien produite. La voix de Rihanna est en accord avec ce titre qui glace le sang de son auditeur. Cette chanson est un bon choix de single dans le futur.

Dans Woo, la voix de Rihanna se mélange au filtre des studios, la chanson est très planante et sa construction est très intéressante.

Needed Me s’annonce déjà comme un titre Grower (qui surprend au fil des écoutes), la production est encore une fois glaciale, la voix de la chanteuse est bien mise en avant, la chanson est très sincère. Le son très saccadé fait le charme du titre.

Yeah I Said it est une interlude qui n’a rien à envier à une chanson entière. La production, l’ambiance, la voix de Rihanna sont au coeur de ce morceau. C’est même l’une des plus belles chansons rnb de la chanteuse.

Same O Mistake est la reprise de Anti, c’est un titre très indé, c’est une reprise très karaoké, Rihanna ne pose que sa voix sur ce titre, ça s’arrête là. Mais au moins elle a fait un très bon choix de reprise pour son album, la chanson est déroutante et envoûtante à la fois. Ce titre est à contre courant par rapport aux titres des radios d’aujourd’hui dans le monde entier.

C’est une chanson du groupe australien Tame Impala. Cette ambiance psychédélique correspond parfaitement à l’album de Rihanna (très bon choix de chanson qui ne gâche pas la cohérence de l’opus bien au contraire).

On rentre maintenant dans la partie ballade de Anti. Avec Never Ending on retrouve de la guitare très acoustique, des choeurs un peu mélancolique et surtout on apprécie la voix sublime de Rihanna. Cette ballade est très accessible et plutôt simple, elle correspond à l’ancienne et nouvelle Rihanna. Elle confirme qu’on écoute bien l’album le plus personnel de la chanteuse.

Ensuite, on découvre un enchainement de chanson très intéressant, avec Love On The brain et Higher, Rihanna s’essaye pour la première fois à la soul music. Elle donne le maximum, elle chante avec ses poumons et avec émotion. Rihanna montre qu’elle est très sensible presque à fleur de peau sur le deuxième titre (avec un son très rétro, très années 60). Est-ce la maturité ?

L’album se termine sur une autre très belle chanson Close To You, une ballade qui clôture à merveille un très bon disque.

Dans l’édition deluxe, on retrouve une petite interlude plus que sympathique qui est à l’image de l’ambiance de Anti. On retrouve aussi Pose, une chanson bien provocante comme Bitch Better Have My Money (qui au final n’est pas dans l’album tout comme le tube Four Five Second).

Après un si bon disque, on ne regrette pas que Rihanna s’amuse autant sur Pose. Et enfin, Sex With Me est la dernière piste assez hot de l’édition deluxe. La chanson est très appréciable.

Anti est l’album le plus sincère de Rihanna, quand on écoute l’album, on ne doute pas une seule seconde de l’investissement de la star (dans les textes, les choix de producteurs, l’ambiance, les chœurs, l’utilisation de la voix). Le visuel est aussi très soigné avec une magnifique pochette. Elle tourne enfin la page Sia, Guetta, Stargate, Ne-Yo, l’ère des tubes se termine mais une autre ère commence, celle de la liberté artistique.

Rihanna montre son indépendance, sa fragilité et sa force dans ce disque. Anti est l’alum de ce début d’année.

Prince Purple Rain,le phénomène Rock

Retour sur un film phénomène et un album mythique (déjà 32 ans) :

En 1984, après une longue ascension de la scène underground au top des charts US avec l’album 1999, Prince Rogers Nelson décide de frapper très fort. Son coup d’état était Purple Rain, avant toute chose il décide de faire un concert pour avoir une direction musicale à son disque, c’est pourquoi une partie de l’album sonne live (sans le public).

Dés 83, il prend des notes dans son carnet pour le scénario de son film. C’était un projet très ambitieux pour l’époque. Purple Rain est un film phénomène qui sert de promotion gigantesque à l’album et à la tournée du même nom. Prince embauche des musiciens de Minneapolis (The Time en tête de liste), il fonde son propre groupe pour son accompagnement sur scène et enfin il signe dans sa totalité l’album (écriture, composition, arrangement).

Le film raconte l’histoire d’une rivalité entre plusieurs groupes dans un club, une salle mythique (First Avenue). Quelque part il représente le chemin vers la gloire pour le KID (personnage de Prince dans le film). Ce n’est pas un hasard si le film commence avec la chanson Let’s Go Crazy et qu’il se termine avec Baby I’m A Star.

A la sortie de l’avant première, Prince était déjà une légende. Purple Rain est une référence pour la pop culture, c’était la première fois qu’un artiste utilise un film pour se promouvoir au rang de star, impossible de ne pas entendre sa musique entre un numéro 1 au box office, un album numéro 1 et une tournée de 111 dates, Prince était au sommet de son art et de sa forme.

Le film est une référence pour d’autres comédie/drame de musique (Madonna avait son film en 1985, Michael Jackson avait son Moonwalker en 1988, Whitney était vedette de Bodyguard en 1992). Impossible de ne pas faire le rapprochement avec le film de Prince.

De plus, c’est un genre bien précis qui est dans ce film : Le son de Minneapolis, Prince était l’explosion de ce style de musique underground, grâce à lui, la visibilité était parfaite sur plusieurs groupes du genre.

Le film est aussi un drame, le jeune Kid vit des choses très complexes avec son père (qui bat sa mère), il est en quête de succès, de gloire mais il y a une rivalité sans précèdent autour de lui. Au final, ce film représente la réalité, chaque soir dans un club plusieurs groupes s’entretuent (on cherche à être le meilleur, à faire de l’argent), c’est la loi du plus fort qui s’applique. The Kid est aussi un personnage en crise, il a peur sans cesse de devenir comme son père, il a une jalousie excessive qui le pousse à reproduire les mêmes gestes sur sa copine (chanteuse qui chantera pour son rival du groupe The Time). Si le chanteur n’était pas confiant au début du film, il gagne en assurance pour devenir un dieu de la scène.

Mais bien sur, la plus grande réussite du film, c’est la performance scénique de Prince, il montre ses aptitudes de danseurs, de chanteur, de musicien. Il déborde sans cesse de charisme à chaque note, à chaque accord de guitare (une bonne partie de la bande son du film vient d’un concert de Prince, ce n’est pas un playback complet comme bon nombres de films). Dés le début du film, on ne voit que lui.

L’autre point important est bien évidemment la musique et quelle musique, le disque est culte, Prince était à lui seul le digne représentant de la mixité en matière de musique des années 80 (R&B, Rock, Funk, New Wave, Soul et pop). L’album est le plus proche de la pop dans la carrière de Prince, on a des solos de Guitares digne de Hendrix, les meilleurs effets de synthétiseur de l’époque, une grande gestion des batteries, basses pour un résultat proche de la perfection. Quand monsieur décide de faire une ballade, il en fait le slow du siècle (Purple Rain), quand il propose quelque chose de très rock ça donne Let’s Get Crazy.

On cherche une ballade digne de Prince ? The Beautiful Ones répond aux critères repris bien plus tard par Mariah Carey dans son album Butterfly :

On oublie pas aussi la naissance du stickers de censure :

Darling Nicki, une chanson endiablée de Prince est à l’origine de la création de cet avertissement sur les albums américains.

Impossible de ne pas fredonner le tube I Would Die For U ? une chanson si simple mais en même temps culte avec sa touche funk et new wave. Quel musicien peut prétendre ne pas connaitre Computer Blue avec la virtuosité de la composition de Prince.

Au rayon tube, When Doves Cry est le digne représentant de cette galette, la chanson mélange des synthés et de la pop psychédélique. C’est l’une des chansons signature du Kid (elle est 52 éme du classement des 500 plus grandes chansons par Rolling Stones ou 6éme de Spin Magazine).

Let’s Get Crazy possède deux solos de guitares cultes de Prince, le mélange hard rock, new wave est redoutable.

Take me With U est connu grâce à l’excellent solo de batterie de Prince et l’utilisation de deux paires de sagattes (instrument orientale).

Purple Rain est la ballade ultime du monde de la pop avec sa construction si particulière, avec l’intensité du solo de guitare de Prince et bien sur sa voix. Elle est un mélange de rock, gospel et pop avec un style très orchestral.

De la première chanson à la neuvième piste, on vibre avec ce disque culte. Purple Rain c’est le sommet de Prince avec 25 millions d’albums (dont 13 millions aux usa et 1.5 millions de ventes dans sa première semaine de sortie) à la clé et bien sur un oscar de la meilleure bande originale de film + Deux Grammys pour la meilleure performance rock et la meilleure bande originale de film. Cette année là, Prince était aussi lauréat pour le prix du meilleur auteur sur la reprise de Chaka Khan I Feel For You (c’est une chanson du second album de Prince en 1979).

Ce n’est que le début de l’ère Princière.

Petit aperçu sur l’un des meilleurs concerts de mi-temps du Super Bowl (finale de foot américain). Prince avait 49 ans lors de cet évènement :

Céline Dion et René Angélil une histoire d’amour sans faille

Au début des années 80, René Angélil découvre une voix hors du commun, celle de Céline Dion à seulement 12 ans avec la chanson de sa mère Ce n’était qu’un rêve. C’est le début de sa carrière. A 15 ans, elle sort le tube d’amour et d’amitié qui est un succès en France. Hélas, le reste des années 80 est difficile pour Céline hors du Québec. D’abord, le parolier Eddy Marnay s’occupe de la jeune adolescente, ensuite c’est Luc Plamondon qui donne à Céline de belles chansons pour ses 20 ans.

René était un visionnaire car il était le seul à être conscient de l’immense potentiel de la chanteuse. En 1987, Céline change de look, de style de musique mais hélas, en France, on l’a rejette à cause des médias.

L’album Incognito était très dansant pour l’époque avec quelques ballades adultes de Luc Plamondon, c’est le succès uniquement au Québec.

En 1988, A 20 ans Céline Dion gagne le grand prix de l’eurovision avec une chanson du calibre du concours Ne partez pas sans moi mais c’est son interprétation qui fait la différence. La chanson est un échec commercial sans précédent pour la chanteuse. Cette année marque le début de la relation Angélil/Dion.

En 1990, la vraie carrière de Céline Dion commence enfin, elle est plus mature, elle chante maintenant en anglais avec le disque Unison.

La star du Québec sera 4éme des ventes de singles aux USA, une première victoire pour la francophone mais ce n’était pas si facile de devenir une star avec une étiquette française/Québécoise.

L’album Unison est un échec sur les territoires anglophones mais c’était un succès au Québec comme pour ses albums des années 80, c’est assez encourageant pour un disque en anglais dans son pays francophone.

En 1991, double succès pour Céline, elle se lance dans un disque de reprise de Luc Plamondon, c’est un immense succès au Québec.

Elle chante également sur la BO de la belle et la bête, c’est donc le premier vrai tube de Céline, elle gagne même un oscar pour la meilleure BO de l’année 1991 (un bon tremplin pour se faire connaitre).

La petite Québécoise entame sa transformation en 1992 avec l’album « Céline Dion ». L’album est calme avec beaucoup de ballades qui mettent en valeur la puissante voix de Céline :

L’album est produit par les producteurs de Mariah Carey, c’est déjà hors du commun pour une québécoise non anglophone de base.

La chanteuse possède aussi une ballade de Prince With This Tear (Céline est une grande fan de Prince ou Michael Jackson).

Avec 6 millions de ventes, Céline est la révélation de l’année 1992 hors Québec. En 1993, Ziggy devient un tube en France, l’album de reprise de Luc Plamondon trouve donc son public après deux ans dans le commerce. Le changement de look (et de musique) de Céline n’est pas étranger à ce succès soudain en France.

La même année commence un succès mondial à plusieurs étapes, d’abord aux usa The Power Of Love s’impose comme le premier grand hit de Céline (numéro 1 au bilboard hot 100) :

Ensuite, Think Twice s’impose en UK :

Céline devient une star dans ce même pays, l’album The Colour Of My Love gagne la reconnaissance du monde entier.

Avec 1 million de ventes de singles pour To Love You More, le Japon devient un autre fief de Céline. The Colour Of my Love pèse près de 20 millions de copies dans le monde, ce qui contraste fortement avec son succès francophone (encore minime) et démontre que la carrière internationale de Céline ne commence pas avec la chanson du film Titanic.

En 1995, Céline prend le risque de perdre sa renommée mondiale avec un nouvel album en français. René va faire de ce disque l’album français le plus vendu de tous les temps. D’eux est un disque d’amour envers son mari (depuis 1994), Jean Jacques Goldman change le style de chant de Céline, elle s’adoucie, elle se contrôle et chante d’une façon plus française et pas québécoise.

La voix de Céline est sans limite, elle impose sa marque dans ses chansons.

Le succès est phénoménal, l’album reste numéro 1 pendant 44 semaines en France, il se vend environ à 4 millions de copies mais plus impressionnant, l’album se classe dans le monde entier pour finir à 7 millions de copies. Le disque contient les plus grandes chansons françaises de Céline comme Destin, Les derniers seront les premiers, J’irai où tu iras ou encore Vole, une ballade angélique sur la mort de sa nièce des suites de la mucoviscidose.

Après une tournée francophone, Céline se relance aux USA avec l’album Falling Into You.

Elle chante aux Jeux Olympiques d’Atlanta aux usa en 1996 :

Because You Loved me s’impose comme le grand succès de ce disque, avec cet album Céline devient la chanteuse favorite de l’année 1996 aux usa devant Mariah Carey.

L’album est la consécration de Céline avec 10 millions de ventes aux usa et 30 millions dans le monde. Avec 3 grammys awards dont celui du prix le plus prestigieux (l’album de l’année toutes catégories confondues), Céline réalise l’impensable, elle est la seule chanteuse à avoir des victoires de la musique, des grammys awards en même temps. L’album contient des ballades comme Dreamin Of You, I Love You et la reprise de la chanson de Aretha Franklin (écrite par Carole King) You Make Me Feel like a Natural Woman. Il y a aussi des titres plus rythmés comme River Deep Mountain High ou Make you Happy.

En 1997, Céline devient la plus grande vendeuse de disque de la fin des années 90 dans le monde et aux usa avec l’album Let’s Talk About Love qui contient bien sur son plus grand succès à ce jour, la Bande originale de Titanic de James Cameron (le plus grand succès au box office mondial à l’époque), la chanson est aussi dans la Bo du film (30 millions de copies dans le monde) mais aussi dans le best of all the way (16 millions de copies) et let’s talk about love (30 millions de copies). Le single affiche 10 millions de ventes à lui seul.

Cette fois ci, Céline est lauréate aux Oscars avec la meilleure bande originale de film de l’année. Elle totalise 2 oscars à ce jour pour My Heart Will Go On et Beauty and The Beast.

Let’s Talk About Love était le sommet de la carrière de Céline, l’album contient ses meilleurs titres anglophones avec des artistes comme George Martin qui est le producteur de The Reason :

La chanson est aussi écrite par Carole King, elle sonne le départ en retraite du producteur des Beatles George martin. On retrouve aussi une collaboration avec les Bee gees :

et bien sur des duos avec Barbra Streisand et Luciano Pavarotti.

Après un album de noël (avec comme inédit I’m Your Angel un duo avec le roi du rnb R.Kelly) qui se vend comme des petits pains comme celui de Mariah Carey, Céline s’impose de nouveau avec un disque francophone S’il Suffisait d’aimer qui se vend à plus de 4 millions de copies dans le monde (encore un immense succès). l’album est plus poétique que le précèdent, Céline est même très surprenante avec le titre l’abandon, en effet Céline n’est pas qu’une chanteuse à voix (comme sur All By Myself ), elle est aussi capable de nuance, de poésie, de douceur avec sa voix qui s’adapte à plusieurs genres de musiques (pop, soul, jazz, rock). L’album contient aussi les hits On ne change pas, dans un autre monde et le sublime Zora Sourit.

En 1999, Céline offre à ses fans un best of (on retrouve Max Martin, Shania Twain et son mari de l’époque dans la production des titres inédits) anglophone qui se vend à 16 millions d’exemplaires et également une tournée mondiale (sa plus grande pour l’époque), avec une scène en forme de cœur. C’est aussi le début des soucis de santé de René avec son cancer, en 2000, le couple s’installe à Las Vegas pour des vacances mais surtout pour les besoins de René.

Le vie de Céline change avec sa maternité, après deux ans de silence, elle propose un disque en anglais et une chanson française (sous le vent avec Garou). Le titre de l’album est A New Day Has Come (single disque d’or aux usa). Avec 12 millions de copies dans le monde, c’était l’un des plus grands succès d’albums de 2002. La longévité de Céline force le respect entre sa carrière francophone et anglophone. I’m Alive et Goodbye’s sont les derniers tubes du projet.

L’album contient une grande diversité de chansons entre la dance, la pop, les ballades. Prayer et I Surrender s’imposent comme les meilleurs titres du disque.

En Mars 2003, c’est le début d’une nouvelle aventure pour Céline et René, en effet Céline impose une nouvelle mode, faire des shows à Las Vegas (c’était déjà le cas bien avant elle avec Elvis mais Céline est la seule chanteuse jeune à faire ce genre de résidence). Juste après elle, Shania Twain, Elton John, Mariah Carey, Cher ont fait des shows dans la ville du vice (une autre génération prend place peu à peu avec Britney Spears et Jennifer Lopez).

Céline Dion était l’une des plus grandes attractions de Vegas pendant 5 ans avec un show incroyable par le metteur en scène Franco Dragone (ami du couple). On a 50 danseurs, un décor de rêve, une scène en pente qui cause des douleurs à Céline et à son équipe, le plus grand écran intérieur du monde qui vaut 10 millions de dollars à lui seul et une Céline qui vole (rien que ça). Le budget était conséquent, c’était un projet risqué pour le couple Céline/René. Le show gagne très vite une renommée mondiale avec un public toujours fidèle au bout de 5 ans, des célébrités (allant de Prince, Michael Jackson, Angelina Jolie à Justin Timberlake, Brad Pitt). Au total, c’est plus de 400 millions de dollars de recettes, un vrai coup de poker pour le couple mais c’était aussi une mission bien difficile de faire le show 5 soirs par semaine pendant 5 ans (on ne compte pas aussi l’immense sacrifice de sa carrière francophone et anglophone). Cela ne l’empêche pas de sortir deux disques en 2003 (dont un album français qui est très simple et qui marque une autre ambiance que A New Day avec les tubes contre nature, tout l’or des hommes ou Je t’aime encore), un album de berceuse en 2004 (Miracle) et un best of français en 2005 avec des inédits comme Je ne vous oublie pas, Tous les secrets ou un duo avec Il Divo.

A New Day est un concert cohérent entre grand spectacle et chanson intime.

En 2007, Céline revient avec un disque français D’elles qui propose des textes écrits de la main de femme du milieu de la musique, de la poésie et de la littérature.

Le succès est en baisse en France (elle passe de 600 000 ventes à 300 000 entre 2003 et 2007). L’album ne connait aussi qu’une émission de télévision comme promotion. Cela n’empêche pas Céline de sortir le 19 ème disque le plus vendu de 2007 en seulement deux mois, Taking Chances représente son grand retour avec 3 millions de ventes. L’album est plus pop/rock avec un grand nombre de balades.

Taking Chances était le premier single du disque qui précède une tournée mondiale du même nom.

La tournée est à ce jour la plus grande de Céline avec plus de 200 millions de recettes, 3 millions de spectateurs sur tous les continents dans des stades. La tournée prouve que Céline est une chanteuse connue sur l’ensemble du globe, elle a un public d’une grande fidélité. Le show se repose sur sa voix et la structure scénique avec des danseurs de haut niveaux.

En 2011, elle revient avec un nouveau show plus intimiste à Las Vegas en rendant hommage au cinéma avec du jazz, de la pop avec ses titres de son répertoire mais aussi ceux de Stevie Wonder, Michael Jackson et Prince.

Cette résidence propose une cascade d’eau sur My Heart Will Go On, un hologramme de Céline, des effets pyrotechniques mais l’ambiance est plus intimiste avec un orchestre et la voix de Céline (sans danseurs). Il y a aussi beaucoup moins de date que A New Day.

En 2012, Parler à mon père marque le retour de Céline avec un disque familial, et très proche de ses débuts de chanson québécoise ou française. Sans Attendre est un projet honnête et un vrai carton commercial avec 1 million d’exemplaires vendus dans le monde dont 700 000 ou 800 000 en France, c’est un retour en force pour Céline dans une période difficile (surtout pour les artistes de variétés et les grandes voix).

Loved Me Back To Life est le disque en anglais de 2013 qui se vend à plus de 300 000 copies en UK, 200 000 copies en France, au total c’est plus de 1 million et 500 000 disques vendus dans le monde.

La chanson titre du disque est de Sia mais au final, le disque est un pur classique de Céline Dion dans la lignée des albums des années 90. L’album contient les meilleures ballades de Céline depuis des années :

Mais aussi Thank You (de Ne Yo), Water and a flame et Incredible (en duo avec Ne Yo). L’album prouve que une fois de plus Céline se renouvelle sans perdre son style, sa marque de fabrique (les ballades), sa voix est aussi très en forme dans ce disque (elle était plus dans l’émotion dans Sans attendre, ici elle chante avec plus de puissance, de douceur aussi).

Elle n’oublie pas aussi des chansons plus dynamiques comme Save your Soul et Somebody Loves Somebody avec une touche de modernité :

Céline est l’une des plus grandes vendeuses de disque au monde avec 200 millions de ventes (entre cd, single, dvd), c’est aussi l’une des chanteuses les plus rentables sur scène avec les tournées des années 90, les deux résidences à Vegas et l’immense tournée mondiale de 2008. Elle représente l’âge d’or des divas des années 90 avec Mariah Carey, Whitney Houston, Toni Braxton.

On dit souvent que tout cela est impossible à avoir sans René Angélil mais Céline aussi avait le talent, la discipline pour devenir une superstar. Son évolution est incroyable car elle ne ressemble plus à cette petite québécoise mal dans sa peau.

Céline et René, c’était aussi une belle histoire d’amour que seule la mort peut détruire. Mais l’amour existe encore.

Brandy, la Bible vocale

Retour sur une chanteuse de Rnb qui possède un don : La Voix.

Ici on ne cherche pas la voix la plus puissante du monde mais un timbre si unique et renversant. La voix de Brandy est hybride entre douceur, soul, elle surprend toujours par sa diversité, sa capacité de renouvellement infinie. On l’a surnomme la Bible Vocale grâce à ce don car dans sa musique elle arrive toujours à sortir plusieurs notes différentes dans une même chanson. Elle est généralement responsable des chœurs, de la voix principale, elle a une grande liberté à faire ce qu’elle veut dans un titre.

La voix de Brandy (et son type de travail) est une référence dans la scène rnb chez des artistes féminines et même chez les hommes. Elle possède une renommée incroyable dans le milieu. Beaucoup d’artistes chantent des démos de Brandy de Jennifer Lopez à Rihanna, on cherche toujours à faire comme elle sur une chanson, hélas ce don n’appartient qu’a Brandy.

1. Première phase : Full Moon

Full Moon est un disque de Brandy qui date de 2002, ce n’est pas sa meilleure vente d’album mais ce disque reste encore un classique de nos jours. Son succès reste correct avec 3 millions de copies dans le monde mais l’influence du disque est plus impressionnante.

Son surnom de Bible vocale vient de ce disque et on comprend vite pourquoi.

En 2002, on assiste au retour en force de la star de la série Moesha et du tube the boy is mine (avec Monica).

What About Us était une hymne déroutante pour l’époque car elle était très futuriste dans la lignée de la musique d’Aaliyah (qui est morte en 2001). Mais le faiseur de tube de Brandy est Rodney Jerkins (Darkchild) qui était aussi le producteur du retour rnb de Whitney Houston et de Michael Jackson, il était aussi le créateur des tubes say my name (destiny’s child) ou If You Had My Love de Jennifer Lopez.

La réussite de l’album ne dépend pas forcément des titres comme What About Us (on retrouve Can We, I Thought dans le même genre) mais des ballades rnb :

On retrouve sur ces titres une technique vocale époustouflante, la voix de l’artiste devient un instrument capable de faire plusieurs choses en même temps, les chœurs sont autant soignés que la voix de tête qui porte le morceau, elle est capable de faire mieux qu’un groupe de chanteur en entier.

On retrouve le même style de chant sur l’excellent Like This et la douceur He is (qui ne cache pas son influence gospel).

Anybody possède une production originale, encore une fois Brandy étonne avec sa voix.

L’esprit de Michael Jackson est dans le disque à travers It’s Not Worth It, on peut entendre Michael dans les chœurs de la chanson. Le titre est très radiophonique et efficace d’une grande musicalité.

Plus surprenant encore, l’album possède une botte secrète, c’est All In me :

A partir de 1 min 48, elle dégage une aisance vocale, un flow incroyable d’une grande justesse. Le nombre de vibes est impressionnant dans ce titre, Brandy est au sommet de son art.

Elle n’oublie pas son public pop, Come a little closer ressemble à une ballade pop assez classique des années 90. L’album contient aussi un bonus track un duo avec son frère Ray J (Another Day In Paradise).

Brandy est aussi co-productrice de trois titres (He is, Apart et l’excellent Wow).

Full Moon est une référence chez les musiciens, producteurs, chanteurs de rnb et même pop (Britney Spears, Rihanna).

2. Seconde phase : Afrodisiac

On est en 2004, le hip hop, le rnb est au sommet, Brandy revient avec Afrodisiac sous l’influence du producteur Timbaland. C’est une prise de risque pour la chanteuse. Timbaland était le producteur de Aaliyah, de Missy Elliot, son travail était très influent sur la scène rnb/hip hop.

Afrodisiac est peut-être son dernier grand album rnb avant sa création de tubes pop pour Justin Timberlake ou Nelly Furtado.

Encore une fois, la voix de Brandy étonne toujours :

On retrouve une prod très fraiche, une voix capable de nuances, d’harmonies, une vraie perle.

L’influence Timbaland hante la chanson I Tried, une prod orientale digne du producteur, c’est l’un des sommets de l’album :

Focus avait un grand potentiel pour devenir un single avec sa production fraiche, solide et la sublime voix de Brandy.

Necessary est l’une des plus grandes performances vocales du disque.

Timbaland donne son maximum sur des titres comme Who Is She U, Come As You Are, Turn It Up, Sadiddy ou encore Finally.

On retrouve aussi Kayne West à la production du premier single de l’album et de Where You Wanna Be .

Pour la première fois de sa carrière Brandy n’a plus peur d’être une fille sexy (sans être vulgaire) la petite fille de la série Moesha trouve sa voie :

Afrodisiac est une nouvelle réussite sur le plan critique, l’album est le plus hip hop dans sa discographie. L’influence de ce disque se retrouve chez des artistes comme Frank Ocean, Beyonce, Rihanna et même le groupe Red Hot Chili Pepper dans le travail vocal de l’album Stadium Arcadium.

En 2004, elle gagne les meilleures critiques de sa carrière et elle est nommée au grammy award mais elle perd face à Confession de Usher.

3. Troisième phase : Two Eleven

Two Eleven est un disque de rnb de 2012, c’est le premier album de Brandy après la mort de son idole/marraine Whitney Houston (elles étaient à l’affiche d’un remake de Cendrillon en 1997 pour la télé).

Dans une époque d’électro pop (usher, J.lo), Brandy tire son épingle du jeu avec un cd rnb comme à ses débuts et avec des nouveautés.

Pour la première fois, l’album propose une autre façon de faire de la musique pour la chanteuse, au lieu d’avoir un producteur, on a une multitudes de collaborateurs. Le disque garde une certaine cohérence malgré la production.

C’est le retour des ballades rnb avec une voix profonde et créative. Brandy est fidèle à elle même dans Without You ou No Such Thing It’s Too Late, Do You Know What You Have ?. On a du rnb à l’ancienne avec une touche de modernité et des chansons plus à l’image du rnb des années 2010 :

Let Me Go est dans le même genre.

La déception de l’ère vient du manque de promotion et de la mauvaise exploitation des singles de l’album.

Slower était un choix évident pour les radios Rnb.

La voix de Brandy se permet des envolées sur Wish Your Love Away, elle est aussi planante sur le son Paint This House et la chanson de Frank Ocean Scared of Beautiful.

Hélas, le retour n’est pas un succès commercial, l’époque était difficile pour la scène rnb à ce moment là (et encore aujourd’hui).

4éme phase : Never Say Never

Ce disque est un grand succès de 1998 (pendant sa série Moesha), il pèse près de 16 millions d’exemplaires dans le monde. C’est son premier projet mature après un disque d’ado en 1994.

Le disque comporte au moins 7 singles, en premier son lead single The Boy Is Mine :

En deuxième plus grand succès de l’ère, on a :

Mais aussi Top Of The World, Angel In Disguise, Almost Doesn’t Count, U Don’t Know Me et Never Say Never.

Never Say Never joue un rôle important dans sa carrière, Brandy devient une chanteuse de rnb de première zone grâce à ce disque, elle devient la princesse de l’Amérique avec  5 millions de copies vendues aux usa.

Elle gagne un grammy awards avec la chanson The Boy Is mine (en duo avec Monica).

L’album surfe sur le courant rnb/pop de l’époque (Whitney Houston, Toni Braxton, Mariah Carey). Elle prouve avec ce disque qu’elle est capable de faire des grandes performances comme sur Learn The Hard Way, Truthfully, Put That On Everything, Everything I Do I Do It For You, Tomorrow et le titre très gospel One Voice.

L’album est aussi très pop car le public de Brandy était très large, on a donc des influences pop, rnb, soul, gospel dans le même album.

5ème phase : Brandy

Dans cet album, la voix de brandy n’est pas encore aussi puissante que sur Never Say Never et elle est encore très loin de son travail sur Full moon. L’album est plutôt frais, simple et très ado. Le disque explore la facette hip hop soul (Mary J. Blige était la référence du milieu avec son What’s The 411).

Et c’est bien sur I Wanna Be Down qui s’impose comme une hymne du rnb à l’époque chez les jeunes, la chanson démontre déjà du potentiel chez la jeune fille. C’est le premier classique de sa carrière.

C’est toute l’attitude hip hop soul qu’on retrouve chez Brandy avec Baby, Best Friend. L’exploitation du disque s’achève avec BrokenHearted.

Au total, il se vend à 6 millions de copies, malgré son âge le disque est plus que bon.

En 1995, elle participe à la Bande originale du film Waiting To Exhale (produit par Babyface) aux côté de Mary J.Blige, Aretha Franklin et Whitney Houston.

Dernière phase : Human

Pour Human, Bandy s’entoure de Darkchild comme pour Never Say Never et Full moon. L’album est bien plus pop que ses autres projets mais elle garde toujours sa marque. La voix est encore présente avec une grande aisance comme sur Camouflage, Long Distance, Human, True ou encore Fall.

Elle dédicace aussi l’entêtant Piano Man à Darkchild. L’album représente un nouveau départ pour la star après une période difficile en 2006 (elle était responsable d’un terrible accident de voiture). Le projet était à la base très rnb/hip hop mais Darkchild en a fait quelque chose de plus pop dans son ensemble. Ce style était déroutant pour les fans, l’album est donc le premier vrai échec commercial de sa carrière en 2008.

L’exploitation du disque était décevante pourtant l’album ne manque pas de single potentiel comme The Definition ou Warm it Up (With Love).

Brandy a près de 30 millions de disques vendus à son actif dont près de 10 millions aux usa, elle était aussi une star de la télé avec Moesha ou Cendrillon, en ce moment elle s’offre une nouvelle série Zoe Ever After, elle était aussi en tête d’affiche d’une comédie musicale à Broadway : Chicago.

Elle propose en ce moment une nouvelle chanson avec des accents country (produite par Pop & Oak) assez surprenante par sa voix plus soul que d’habitude, elle étonne de nouveau par son travail vocal et son aisance.