Prince, rétrospective première partie (de 1978 à 1989)

Le 21 Avril 2016 est le terrible jour de la disparition de Prince Roger Nelson, l’artiste unique et si talentueux.

C’est l’occasion de revenir sur une très grande carrière, il laisse derrière lui un héritage très vaste avec plusieurs styles de musiques (funk, rock, pop, rnb, soul, jazz, new jack swing). On a du mal à mettre Prince dans un panier comme pour Michael Jackson ou Madonna qui sont roi et reine de la pop.

Le style de Prince est plus difficile à cerner car il a pris la forme de plusieurs personnages (camille, love symbol), il a fait des groupes (The Revolution, The new power generation et dernièrement 3rdeyegirl) et surtout il a pris des risques sur le plan artistique quitte à se faire bouder par les maisons de disques (il était souvent en croisade contre les labels). Une seule chanson n’est pas forcément représentative de son travail car c’est un vrai caméléon qui n’a aucune limite artistique (il excelle autant dans le jazz comme sur son disque de 2001 The Rainbow Children que sur du rock ou du rnb). Ce grand écart des genres musicaux est très rare chez un seul artiste.

Prince est donc devenu un artiste à part avec son style intouchable, personne n’ose remettre en question son talent ni sa riche discographie, personne ne parle de sa vie privée car Prince a mis en avant que sa vie artistique comme David Bowie.

Notre histoire commence à Minneapolis dans l’état du Minnesota aux USA, c’était une ville vivante avec plusieurs genres de musiques. Et on avait un son particulier qui n’était pas encore populaire dans les années 70. Prince était le précurseur de ce style underground, il a créer des mouvements, des groupes (comme the times), il a permis à des musiciens de se faire un nom (jimmy jam et terry lewis les célèbres producteurs de Janet Jackson).

Son premier album est For You, un disque simple au son des années 70, le plus surprenant vient de l’investissement de Prince dans cet album, il l’a fait seul avec les textes, les compositions, la production, les arrangements, c’est très étonnant de voir un jeune de 20 ans qui peut faire autant de choses et sans soutien d’auteurs/compositeurs ou producteurs.

Il avait déjà des aptitudes extraordinaires c’est pourquoi en 1979 il se lance dans un deuxième disque éponyme avec le tube I Wanna Be Your Lover. La pochette était déjà démodé avec un brin de naïveté :

L’album est plutôt romantique dans la tendance de l’époque avec une petite touche personnelle : une voix aiguë, on retrouve Sexy Dancer un titre résolument sexy :

L’album Prince se vend à deux millions d’exemplaires (surtout aux USA), Prince n’était pas encore un phénomène mais il était déjà un artiste émergent de la scène underground des usa.

En 1980, il passe aux choses sérieuses avec un look provoquant et un excellent album Dirty Mind, le son est plus électronique, l’album n’a aucune étiquette pour l’époque ce qui fait qu’on a du mal à mettre sa majesté Princière à sa place (pop, R&B, blanc ou noir mais qui est t’il vraiment ?). Prince était un parfait ovni dans le paysage musical de l’époque.

Derrière cette provocante pochette, on se retrouve avec un disque underground et surtout en avance sur son temps. Certes on a aucun tube marquant dans ce disque et il n’était pas un grand succès mais aujourd’hui c’est un classique des années 80 reconnu par beaucoup de magazines, de fans et par la presse. Et si Dirty Mind n’était que le début de la transformation du chanteur de Minneapolis en superstar inclassable ?

En 1981, Prince ose un autre album :

C’est Controversy, une suite parfaite de Dirty Mind avec toujours des chansons avec une pointe de provocation (surtout sur Sexuality et la ballade Do Me Baby).

Dans cette chanson il montre vraiment son talent de caméléon en passant de sa voix aigue à une voix bien plus grave avec des cris pour montrer son excentricité. Il n’oublie pas de faire danser les gens avec Private Joy qui hélas est trop peu connu dans sa grande liste de tubes. L’autre chanson marquante de l’album est Controversy, un son captivant et underground, c’est une chanson qui explose. L’album termine sa course avec 2 millions d’exemplaires entre les USA (1 million) et l’UK (80000 copies). C’était quand même mieux que pour Dirty Mind et ses 900 000 copies vendues aux usa. Mais on était encore loin de l’explosion mais le but de cette ère était de faire monter Prince à un autre niveau : l’artiste qui s’apprête à tout détruire sur son passage. Avec ce disque, on le remarque enfin dans les médias comme quelqu’un de talentueux aux usa, un artiste intéressant à suivre, un espoir du futur.

1982 est une date fétiche pour Michael Jackson et son thriller mais c’est aussi la révélation pour Prince avec un album très en avance sur son temps. 1999 est l’explosion du Funk, un album underground qu’on écoute avec joie en boite jusqu’au lendemain, Prince était en quête d’une qualité sonore avec une perfection des sons, des accords, comme il était le seul créateur de ce disque, il était libre de faire quelque chose d’unique en son genre sans aucune imitation possible chez la concurrence. 1999 est l’aboutissement de la réussite du son de Minneapolis, Prince entre dans la gloire et le public découvre alors un nouveau type de musique, des nouveaux arrangements, cet album concept était un pilier de la musique des années 80. L’album est inclus dans la liste des 500 plus grands albums de tous les temps chez plusieurs magazines comme rolling stones (163ème), le Slant Magazine le classe 8ème des meilleurs albums des années 80.Il n’y a pas de doute, 1999 est une influence majeure grâce à ses synthétiseurs qui étaient très en avance sur l’époque. Cela relève de la prouesse quand on sait que Prince fait un album seul.

Il se fait une place dans les charts US avec le tube Little Red Corvette puis 1999 la bombe pour les clubs :

Ainsi il double ses chiffres de ventes, 1999 l’album se vend à 5 millions d’exemplaires aux USA, la machine se lance, Prince commence à avoir une base fan solide et il profite de ses tournées pour les fidélisés.

On le surnomme alors roi du funk avec son 1999 qui cartonne même au Royaume-Uni avec 300 000 ventes, après cette ultime réussite il se lance dans la recherche d’un autre concept.

Il attend un an avant de revenir en force avec Purple Rain, double réussite à la fois un film sur l’émergence des groupes de Minneapolis et sur la création de son personnage THE KID mais aussi La BO Purple Rain, un nouvel album écrit, composé, produit, arrangé par Prince lui même, cette fois çi il forme un groupe The Revolution. Le film devient un objet de promotion de cet album virtuose qui mêle le rock au funk, chaque chanson est culte, Prince devient alors une superstar intouchable. Avec des prestations lives dans le film, il montre son talent scénique au grand jour avec des prestations si parfaites comme sur I would Die For U ou Computer Blue :

Côté tubes c’est When Doves Cry qui devient le plus grand succès de Prince :

Avec un disque platine à la clé mais hélas la sortie de la chanson était bien trop tardive en France. C’est donc Purple Rain qui s’impose le plus en France alors qu’aux usa il se vend moins bien que When Doves Cry. Mais la ballade est une chanson mémorable dans le monde, c’est une chanson signature avec un parfait solo de guitare à la fin. Mais ce slow ne reflète pas forcément l’excentricité et la virtuosité de l’album du même nom. Avec The Beautiful Ones on trouve un Prince plein de passions, d’amour qui chante haut et fort, ce titre a été repris par Mariah Carey dans son disque Butterfly en 1997.

Darling Nikki est une chanson aux paroles bien provocantes mais avec une certaine musicalité, c’est la raison même de la création du sticker de l’avis parental.

Purple Rain est une révolution musicale et marketing aussi (avec la promotion de l’album par le biais du film), avec plus de 20 millions de ventes c’est la plus grande réussite commerciale du Kid princier et c’est aussi l’un de ses meilleurs albums mais attention sa carrière ne se résume pas à ce disque, il va faire mieux. L’album gagne un oscar pour la meilleure bande originale de film de l’année 1984, il gagne aussi deux importants grammys awards, il est souvent en tête des différents classement des meilleurs albums des années 80 avec son illustre rival de l’époque Michael Jackson Thriller.

En 1985, Prince sort un nouvel album en pleine vague de succès, il déroute son public avec un disque psychédélique et très pop, on retrouve des tubes comme America, pop life et surtout Raspberry Beret.

Comme son titre l’indique, l’album est un voyage dans les sons du monde et pas seulement des usa, ça montre encore une fois la capacité de renouvellement de Prince et son talent de musicien en dehors de sa zone de confort (funk ou rock). On retrouve des perles comme Temptation, Around the world in a day, condition of the heart. C’est aussi l’année de la création de Paisley Park l’immense complexe/maison les studios du célèbre chanteur (ainsi que son célèbre coffre fort qui contient au moins 3000 chansons, des lives rares), c’était le symbole de son succès et de sa richesse, un endroit sur où il se sentait chez lui parmi ses chansons, ses instruments. L’album est une prise de risque et se vend moins bien mais ce n’était pas vraiment le but de Prince, avec près de 5 millions de copies dans le monde, il prouve qu’il ne veut pas dépendre d’un seul classique à grand succès, c’était le but de sa carrière ne jamais refaire la même chose et ne pas vivre avec son passé. Around the world in a day est une perle de Prince mais qui n’est pas assez connu du grand public, chez les fans de l’artiste c’est un chef d’œuvre, un des albums les plus marquants de l’artiste. Son lancement particulier ne permet pas de reconnaitre cet album à sa juste valeurs.

En 1986, Prince se lance dans un film en France en noir et blanc (Under The Cherry Moon), le film est un fiasco mais ce n’est pas le cas de la musique. Parade est un de ses meilleurs albums avec le tube mondial kiss. L’album comporte plusieurs interludes et des chansons mémorables comme la triste ballade Sometimes It Snows In April :

La chanson est l’une des plus tristes de sa carrière, le texte est même prémonitoire sur sa mort en ce mois d’Avril 2016.

On retient aussi Girls and Boys pour son audace, Mountains l’une des chansons les plus abouties du disque. Parade est l’un des succès de Prince avec 4 millions d’exemplaires dans le monde dont 260 000 ventes en France, 250 000 en Allemagne, 300 000 en UK et 1 millions 500 000 ventes aux usa.

En 1987, C’est l’année de la discorde, Prince doit sortir The Black Album un disque funk et très sombre. L’album est maudit, Prince annule la sortie quelques jours avant la sortie officielle juste après le passage en usine. L’album est très controversé, c’est la face sombre de 1999, L’album est très sous estimé avec son funk noir, ses phrases anti rappeur, le projet était peut-être trop scandaleux pour l’époque. Prince regrette beaucoup ce disque donc à la place il se focalise sur deux autres albums.

En 1987, Il propose un nouveau concept, un double album, c’est Sign « O » The Times, le projet est audacieux, intriguant de sa part. C’est même son album le plus abouti et le plus profond, c’est un laboratoire de son on le surnomme alors le DR Prince. Le disque commence avec le titre éponyme, une chanson engagée :

L’album possède son lot de tubes : If I Was Your Girlfriend (repris par les TLC dans les années 90 :

Prince prend le rôle de Camille son alter égo pour chanter encore une fois l’amour, la chanson est un standard de la musique contemporaine repris maintes reprises par des stars pour rendre hommage à Prince, les paroles sont d’un niveau incroyable. Cette chanson était 6ème des ventes aux usa à sa sortie, on a aussi You Got The Look une chanson délirante où prince prouve encore une fois son charisme sur scène. Dans le premier cd on retrouve It une expérimentation de Prince avec un son novateur et un chant divin, on a aussi Starfish and coffee qui est la parenthèse détente du disque avec encore une fois un chant d’une grande qualité. La ballade Slow Love est une touchante déclaration d’amour, prince excelle dans les ballades. On oublie pas aussi la bombe Housequake, le virtuose Ballad of Dorothy Parker.

Dans le deuxième cd, en plus des tubes You Got The look et The Ballad Of Dorothy Parker on a The Cross, une ballade rock imparable avec un excellent jeu de guitare et une basse digne des meilleurs, Prince n’est pas qu’un bon guitariste il est un caméléon qui touche à toutes sortes d’instruments.

Sa voix est également un atout de la chanson, son timbre est puissant et unique à la fois. Parmi les titres les plus réussis on a Strange Relationship un morceau captivant et entêtant, on a I could never take the place of your man qui nous reste en tête avec son refrain puissant. It’s Gonna Be a Beautiful Night est un titre live très puissant il démontre la bête de scène qu’est Prince, la foule est en délire pendant tout le titre et ça se comprend. L’album se termine sur adore une ballade d’amour dans la lignée de Slow Love.

Cet album est le plus varié de Prince avec des arrangements de qualités (notamment sur Forever In my Life, The Ballad Of Dorothy Parker ou Housequake sans oublie Hot Thing). Il propose tellement d’instruments, tellement d’arrangements différents, il explore aussi l’electro funk, le r&b, la soul, le funk, le hard rock, la pop psychédélique (virage annoncé dans around the world in a day et parade). Cet album démontre tout le génie de l’artiste, sa diversité, ses influences, c’est son laboratoire de création. L’album est considéré comme le meilleur album de Prince, le meilleur disque de 1987 et l’un des plus grands travaux de musique des années 80. Si on cherche à découvrir Prince c’est un passage obligatoire chez le disquaire on doit se procurer Sign « O » The Times et surtout prendre le temps de découvrir la finesse de ses deux cd. Dans les années 80 Prince était pratiquement tout le temps en tournée, cet album offre même l’une de ses meilleures tournées. Un concert/film est disponible en blu ray et dvd pour les fans :

Prince était au sommet de sa gloire et au sommet de sa forme, ce live est une grande réussite, le Kid possède du charisme, il joue de la guitare comme personne, il danse et il rend dingue un public à lui seul, on retrouve aussi son groupe sur scène. L’album se vend à près de 5 millions de copies dans le monde dont près de 2 millions rien qu’aux usa, près de 300 000 en France, 300 000 en UK ou encore 250 000 en Allemagne.

En 1988, il sort le deuxième disque de remplacement du black album : Lovesexy, une version du disque propose chaque chanson dans une même piste. L’album est très sous estimé dans sa carrière, le son était de nouveau très psychédélique. Il explore le funk et aussi le R&B sans se répéter, l’album est aussi très spirituel assez religieux, il donne une facette plus positif de lui même, si le Black album était la nuit alors Lovesexy est le jour. L’album cartonne en France avec 245 000 exemplaires vendus, en Allemagne il reste 4ème pendant 24 semaines avec 250 000 exemplaires, avec 300 000 ventes en UK il s’impose sur la durée, l’Espagne est aussi conquis avec 100 000 copies. Aux USA, c’est beaucoup moins bien avec seulement 750 000 exemplaires vendus de l’album. Malgré le semi échec commercial de son disque audacieux il cartonne dans les charts singles avec Alphabet St. Mais l’album regorge de pépites comme Anna Stesia :

C’est clairement l’une des meilleures chansons de Prince, un son imparable, très rock, une voix puissante, le kid s’impose encore une fois. Lovesexy, Positivity (petite perle plein de poésie), Dance on, I Wish Ur Heaven sont les perles de l’album. Bien sur Prince n’oublie pas ses expérimentations avec Glam Slam.

Il offre également à ses fans 77 concerts dans la tournée mondiale lovesexy tour (qui visite l’Europe, L’Amérique du Nord et l’Asie), c’est une des plus grandes réussites de Prince, peut-être même sa meilleure tournée.

L’ère Love Sexy était une réussite en Europe et la tournée prouve encore une fois que Prince n’a peur de personne.

En 1989, il surprend le monde encore une fois avec la BO d’un film évènement Batman (un des plus grands succès au box office de l’époque, une des plus grandes productions), étant fan de Batman, il compose une bo déjanté et très fun. C’est un succès commercial avec près de 6 millions de copies vendus dans le monde dont 2 400 000 aux usa (le pays boudeur de Lovesexy), en France il fait le double de ses ventes habituelles avec 490 000 exemplaires, l’UK aussi était fan du projet avec 400 000 copies. C’est aussi un succès single avec le tube Batdance (disque de platine pour un million de ventes aux usa) et Patryman se vend à 500 000 copies aux usa (disque d’or). L’album reste numéro 1 aux usa pendant six semaines consécutives. C’est un mélange de pop, rock et funk.

Avec Batman Prince marque la fin des années 80, une décennie incroyable pour lui, c’est l’un des meilleurs artistes de cette décennie mais aussi l’un des meilleurs vendeurs. Son succès critique est aussi impressionnant, c’est principalement cette partie de sa carrière qui est aujourd’hui l’objet de plusieurs études, son influence est majeure. Il a fait son possible pour s’éloigner des sons commerciaux clichés de l’époque pour faire évoluer la musique au sens large, il était aussi un des pionniers du son R&B. Mais avec cette variété de styles, c’est très difficile de le mettre une étiquette dans un univers particulier, roi de la funk ? roi du rock ? monstre de la pop ? chanteur psychédélique ? pionnier du rnb ? Il est tout ça à la fois. Plusieurs magazines le place comme l’artiste musicien de référence des années 80 grâce à la qualité de ses albums. La quantité rime avec qualité pour Prince avec au moins 11 albums en 11 ans de carrière.

Une grande partie de ses ventes vient de cette période, au total dans sa carrière il totalise 85 261 000 d’albums (sans les ventes singles) dans le monde dont 46 258 000 aux usa un score impressionnant malgré ses risques artistiques et ses albums concepts pas grand public. Prince totalise 3 millions de ventes en France, c’est beaucoup pour un artiste qui prend autant de risques.

Mais sa carrière n’est pas au point mort en 1989 il avait encore plusieurs projets, plusieurs envies.

La deuxième partie de l’article se base essentiellement sur la suite de la carrière de Prince dans les années 90, une époque controversée synonyme de croisade contre les maisons de disques pour une liberté artistique et pour un changement de nom.

Les albums essentiels de Prince dans les années 80 :

1/Sign « O » The Times, 2/Purple Rain, 3/Parade, 4/1999, 5/LoveSexy, 6/Controversy, 7/Dirty Mind.

A lire aussi l’article sur le film et l’album Purple Rain de Janvier 2016 : https://albzik.wordpress.com/2016/01/19/prince-purple-rainle-phenomene/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s